Piratage du PlayStation Network de Sony > Le casse du siècle

NewZilla.NET mai 1 2011 - 7:46 par Philippe CROUZILLACQ

Ils ne se sont pas fait hara-kiri (fort heureusement) mais les dirigeants de Sony sont sortis de leur silence dimanche 1er mai.

Ils ont présenté leurs plus sincères excuses aux 78 millions de clients de la plate-forme de jeux en ligne PlayStation Network, et du service de musique en ligne Qriocity.

Des clients dont les données personnelles* se trouvent depuis quelques jours dans les mains de pirates informatiques.

Certes les informations bancaires dérobées étaient cryptées (et Sony affirme que pour l’heure les pirates n‘en ont rien fait), mais la réalité est là, quelque 10 millions de coordonnées bancaires se retrouvent aujourd’hui dans la nature.

Des conseils de bon sens

Devant une telle catastrophe, les dirigeants de Sony en sont désormais à prodiguer des conseils de bon sens à leurs clients (les plus joueurs). « Changez votre identifiant et votre mot de passe d’accès à votre compte dès que possible » (…) « Surveillez attentivement vos relevés de comptes bancaires », et par dessus-tout « restez fidèle au PlayStation Network ».

Pour ce faire, le groupe japonais va offrir à ses clients en guise de dédommagement un mois d’abonnement au service premium de la PlayStation. La plate-forme devrait être remise en marche dans les prochains jours.

Par ailleurs pour se défendre contre de nouvelles attaques Sony a annoncé une amélioration de l’encryptage des données, la mise en place d’un logiciel de surveillance automatique et la nomination prochaine d’un M. Sécurité informatique.

* Noms, date de naissance, adresse mail, identifiant, mot de passe, numéros de cartes bancaires…

La CNIL va demander des explications à Sony sur le piratage du PlayStation Network

La Commission nationale de l’informatique et des libertés va mener l’enquête et va rechercher d’éventuelles mises en cause de la responsabilité de Sony. « Nous allons nous rapprocher de Sony pour analyser différents éléments: combien de personnes sont concernées en France ? Quelle est la nature des données ? Quelle a été la faille exacte de sécurité ? Les données étaient-elles suffisamment chiffrées ? Quelles informations ont été envoyées aux personnes victimes ? », a déclaré Alex Türk, le président de la CNIL au quotidien Les Echos. Interrogé sur d’éventuelles sanctions au terme de l’enquête, il a ajouté: « je ne préjuge de rien. Mais on ne peut pas continuer sur ces questions à faire comme si de rien n’était ».

Rejoignez NewZilla.NET sur Facebook

Suivez NewZilla.NET sur Twitter

Soutenez NewZilla.NET sur Jaimelinfo.fr