EDITO / Facebook «aime» le statut sponsorisé à 10 millions de dollars

NewZilla.NET juin 18 2012 - 3:04 par Philippe CROUZILLACQ

Accusé par des internautes d’avoir abusivement utilisé leur image dans des messages publicitaires, le réseau social accepte de verser 10 millions de dollars pour mettre fin aux poursuites.

Depuis le début de l’année, les «statuts sponsorisés» («sponsored stories») ont fait leur apparition sur Facebook.

Quand vous «aimez» («likez» en mauvais anglais) une page et/ou un produit, cette action est susceptible d’être communiquée à vos amis Facebook, sous la forme d’un discret message publicitaire reprenant la photo de votre profil et indiquant à votre communauté que vous «aimez» telle ou telle marque. La formule quoique quelque peu intrusive fonctionne assez bien. Mais elle a aussi générée son lot de plaintes d’internautes aux Etats-Unis.

Le problème? Facebook aurait utilisé le nom, l’image et l’identité des internautes sans leur consentement en vue de «booster» un peu plus encore ses revenus publicitaires. Angel Fraley, une internaute de l’Etat de Washington et plusieurs de ses condisciples réclamaient ainsi un procès en nom collectif au bénéfice de «tous les membres de Facebook enregistrés au 24 janvier 2011, qui ont vu leur nom, leur photo ou leur identité utilisés dans des statuts sponsorisés». Pour Facebook, être confronté à une telle «class action» c’était courir le risque de devoir payer des milliards de dollars de dommages et intérêts aux internautes américains.

Ce type d’action en justice est symptomatique de l’hystérie qui règne dans certains prétoires outre-Atlantique. Car bien évidemment personne en ce bas monde, n’a jamais obligé un ou une internaute à s’inscrire sur Facebook (qui est, faut-il le rappeler, une société privée et non un service public) et à y partager des informations aussi personnelles que le petit nom de son poisson rouge.

Ceci étant, la plainte déposée ce printemps contre les statuts sponsorisés Facebook, peut également être perçue comme une nouvelle tentative de ce combat de longue haleine que mènent désormais les internautes pour reprendre le contrôle de leurs données personnelles, ce pétrole de l’ère numérique imprudemment déposé en ligne. Pour mettre un terme à la plainte déposée, Facebook a accepté de verser 10 millions de dollars qui iront, in fine, à des oeuvres caritatives.

Philippe CROUZILLACQ

Laisser un commentaire