Edition > Les livres éphémères Eterna Cadencia ou l’angoisse du lecteur au moment de la page blanche

NewZilla.NET juil 19 2012 - 3:17 Philippe CROUZILLACQ

Quand vous louez un film en ligne sur une plate-forme de téléchargement de type iTunes, la durée de location est de quelques semaines et vous disposez le plus souvent de 24h ou 48h pour visionner l’œuvre après la première ouverture du fichier.

Pour concurrencer la montée en puissance des eBooks, ces livres numériques que l’on achète ou que l’on télécharge gratuitement en un clic sans pour autant toujours se donner le temps de les lire réellement, une maison d’édition argentine, Eterna Cadencia, a développé un nouveau concept : un livre physique mais éphémère (« el libre que no puede esperar », littéralement « le livre qui n’attend pas »).

Un objet imprimé dont l’encre disparaît deux mois après la première ouverture du sac hermétique dans lequel il est vendu.

Ainsi il ne faut guère plus de 60 jours pour que les pages du livre redeviennent blanches.

L’idée de l’éditeur ? Nous pousser à lire les livres que nous achetons, et non plus comme cela se fait souvent soit à les ranger dans un coin de sa tablette numérique, ou fin fond d’une bibliothèque, en pensant qu’un jour viendra où l’on aura bien le temps de s’y plonger.

« Cette fois nous aurons la garantie que nos auteurs seront lus », explique l’éditeur cité par le site Wmaker.net. Le public argentin a semble-t-il bien accueilli l’initiative puisque l’éditeur serait déjà en rupture de stock.

« Le fait que le livre soit éphémère lui confère une dimension supplémentaire. C’est un ouvrage auquel on s’attache », soulignent les lecteurs.

Fort de cette première expérience Eterna Cadencia entend étendre le concept à de nouveaux auteurs.

Abonnez-vous à la Newsletter de NewZilla.NET

Suivez NewZilla.NET sur TWITTER

Soutenez NewZilla.NET sur Jaimelinfo.fr

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)

Réagissez