Planète pas Net > Les dirigeants du parti communiste chinois se sont-ils faits « photoshoper » ?

NewZilla.NET août 13 2012 - 4:29 par Philippe CROUZILLACQ

Des photos de « parties fines », vieilles de cinq ans, et sur lesquelles figurent d’importants dirigeants locaux du parti communiste chinois font surface sur le Web et suscitent les moqueries des internautes sur Weibo, le Twitter chinois.

Prendre part à des « parties fines », dans un pays où la « débauche en groupe » (comprenez l’échangisme), reste un crime passible de cinq ans de prison, voilà qui peut être quelque peu périlleux.

Mais quand on est un responsable du parti communiste chinois, s’adonner à la « débauche en groupe », se faire prendre en photo et voir lesdits clichés exposés sur le Web, à la risée des internautes, dépasse le scabreux.

C’est pourtant l’aventure dans laquelle se trouvent aujourd’hui embarqués plusieurs hauts responsables locaux du parti communiste chinois (PCC).

Depuis peu des photos figurant trois couples échangistes circulent sur le Web rappelle le blog L’Empire Weibo (diffusé sur LeMonde.fr).

Des clichés qui, selon certains internautes, représentent le secrétaire du parti communiste chinois (PCC) du district de Lujiang, dans l’Anhui, Wang Minsheng, et son numéro deux, en très bonne compagnie.

Interrogé par un journaliste du Quotidien du Peuple, Wang Minsheng a répondu que les photos étaient fausses et avaient été « photoshopées ».

Il a également expliqué être la cible de personnes impliquées dans des affaires de corruption, qu’il dérangeait, souligne le blog L’Empire Weibo.

Cependant, le vice-secrétaire de la ligue de la jeunesse communiste de l’Université du Hefei, la capitale de l’Anhui, Wang Yu, (qui n’avait peut-être pas été briefé à temps par ses communicants) a reconnu être l’un des hommes sur les clichés, tout en démentant la présence du secrétaire du PCC de Lujiang et de son numéro deux.

Lundi 13 août, le site du Quotidien du peuple a annoncé que M. Wang avait été limogé de son poste et qu’il faisait l’objet d’une enquête.

En tout état de cause, en Chine la morale publique à ses limites…Et il est semble-t-il des écarts de langage (à défaut de conduite), qui ne sauraient être tolérés!

Abonnez-vous à la Newsletter de NewZilla.NET

Suivez NewZilla.NET sur TWITTER

Soutenez NewZilla.NET sur Jaimelinfo.fr

Laisser un commentaire