En continu
Accueil / Instagram / I Am CC, le mouvement qui veut convertir les utilisateurs d’Instagram à la licence libre

I Am CC, le mouvement qui veut convertir les utilisateurs d’Instagram à la licence libre

Pour l’instant ce n’est encore qu’une goutte d’eau dans l’océan de photos (5 millions de clichés par jour) diffusés via le service de partage de photos Instagram.

 

Le mouvement I am CC (que l’on peut traduire par le cri du cœur « Je suis Creative Commons ») appelle aujourd’hui les utilisateurs d’Instagram – qui vient de passer  sous pavillon Facebook – à renoncer à leur droit d’auteur sur leur production photographique et à choisir par défaut une licence libre Creative Commons.

Pour l’heure, seuls 2238 internautes ont répondu positivement à ce vibrant appel. Avec le droit d’auteur, le photographe doit donner son accord pour toute reproduction de son œuvre.

A contrario avec une licence libre de type Creative Commons c’est le principe de la libre diffusion et de la libre réutilisation (dans un cadre, souvent non-commercial, qui peut être défini par le créateur) qui s’applique par défaut.

« Si nous pouvions inciter une petite fraction des utilisateurs à utiliser une licence Creative Commons sur leurs photos, nous pourrions avoir un impact très important sur le mouvement de la culture libre« , explique le manifeste de I Am CC.

Mais attention toutefois, au-delà des belles intentions premières de partage universel, sachez que si vous optez pour une licence de type Creative Commons, ce choix est irrévocable, comprenez qu’il ne vous sera pas possible de revenir sur votre décision. Un comble pour une licence libre… Aujourd’hui sur Flickr, le service de photos en ligne de Yahoo! plus de 200 millions de clichés sont disponibles sous licence Creative Commons.

A lire aussi

smartphone-classe-classroom-education

Une étude universitaire fait le lien entre l’utilisation du smartphone en classe et la baisse des résultats scolaires

Selon une étude menée par les universités belges de Gand et d’Anvers, il existe un lien direct entre l’utilisation du smartphone en cours et la baisse de niveau des résultats scolaires.

Andy-Brigitte-Chatelet-Les-Halles-Paris

Andy, 22 ans, mort sur Snapchat à la station RER Châtelet-Les Halles à Paris

Andy Brigitte avait 22 ans. Il a été poignardé à mort vendredi 12 janvier 2018, à Paris, à la station RER Châtelet-Les Halles, sous les yeux de plusieurs dizaines de personnes qui, loin de lui porter secours, l’ont regardé mourir, filmant la scène avec leur téléphone mobile et postant la séquence sur Snapchat ou sur YouTube. Effroyable et glaçant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.