Accueil / Gadgets / Produits / Romos, la tablette russe qui fleure bon la guerre froide

Romos, la tablette russe qui fleure bon la guerre froide

Après la Lada, voiture du peuple de l’ère soviétique, la ROMOS (ou Russian Mobile Operating System) tablette numérique du consommateur poutinien.

 

Consciente des enjeux économico-stratégiques portés par le succès de l’iPad et de la Samsung Galxy Tab pour ne citer qu’eux, la Russie de Poutine a décidé de réagir et de se lancer dans la production de…tablettes. A l’occasion du salon IFA de Berlin, Andreï Starikovski directeur de l’université russe de recherche nucléaire (MIFI) a présenté, jeudi 30 août, au vice-premier ministre, Dmitri Rogozine, le premier prototype de la future tablette numérique russe baptisée ROMOS.

« Le système d’exploitation a toutes les capacités de celui d’Android, à l’exception des fonctions qui envoient les informations personnelles des utilisateurs au siège de Google », a expliqué Andreï Starikovski, cité par l’AFP, à M. Rogozine.

Deux versions, l'une civile et l'autre militaire

La future icône numérique russe sera produite dans une usine du ministère de la Défense à partir de composants essentiellement fabriqués à l‘étranger. La ROMOS dont la production devrait démarrer fin 2012 est annoncée au prix de 15 000 roubles (365 euros).

Elle sera déclinée en deux versions, l’une pour les civils, l’autre pour les militaires. Ce dernier modèle sera « résistant aux chocs et étanche », et sera relié à Glonass, le système de navigation russe, concurrent local du GPS.

A lire aussi

beam-lightbulb

Beam, une ampoule pour regarder Netflix (VIDEO)

Après une campagne de financement participatif réussie sur Kickstarter (à hauteur de 700 000 dollars), la start-up néerlandaise Beam Labs, lance son produit phare, Beam, une ampoule rétro-projecteur qui permet de regarder Netflix ou des vidéos YouTube sur n'importe quelle surface.

us-elections

Les services de renseignement américains s’inquiètent d’un possible piratage de l’élection présidentielle

Selon NBC News, suite aux différentes intrusions (ou tentatives d'intrusion) informatiques au sein des serveurs du Parti démocrate (DNC) ainsi que, plus récemment, sur les bases de données électorales des Etats d'Arizona et d'Illinois, la Maison-Blanche a décidé de ré-activer le Foreign Denial and Deception Committee, une vieille structure issue de la guerre froide qui va se pencher, avec le FBI (Federal Bureau of Investigation) sur les risques de piratage informatique inhérents au scrutin présidentiel de novembre aux Etats-Unis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.