L’Iran lance son intranet pour se passer de l’Internet du « grand Satan américain »

NewZilla.NET oct 1 2012 - 9:00 par Philippe CROUZILLACQ

Le régime des mollahs au pouvoir à Téhéran rêve de remplacer Internet par un réseau intranet national, voire régional. Un rêve qui pourrait très bientôt devenir réalité.

C’est un projet inscrit dans le plan quinquennal iranien. En chantier depuis plusieurs années, il avait déjà coûté en 2009, 560 millions de dollars, relève le site Mianeh.net.

Le projet d’intranet , ou plus exactement, d’Internet national iranien est dans les tuyaux depuis 2005. L’idée est simple, faire l’économie d’une nouvelle « révolution Twitter », et se protéger, ou plutôt protéger le programme nucléaire « civil » (sic) iranien des virus informatiques comme Stuxnet ou Flame, développés à l’étranger et transmis par Internet.

Selon Telerama.fr qui a interrogé chez Reporters sans Frontières, Lucie Morillon, spécialiste des questions de censure sur Internet, l’intranet iranien ressemblerait au stade supérieur de la censure chinoise.

« Il ne se contente plus de filtrer ou de bloquer, mais cherche à proposer une gamme de services dédiés, conformes aux standards locaux et bien disciplinés : après avoir inauguré Meydoonak, le tout premier supermarché en ligne du pays début 2010, les ingénieurs du cru planchent sur un moteur de recherche validé par le pouvoir ».

Dimanche 23 septembre, les autorités ont annoncé avoir relié l’ensemble des administrations à cet intranet géant, bâti sur mesure pour protéger l’Iran du «grand Satan américain».

L’Iran demande à l’ONU réprimer les cyberattaques contre son programme nucléaire

L’Iran a demandé vendredi 28 septembre 2012 au Conseil de sécurité de l’ONU de sévir contre les pays « qui lancent des cyberattaques » contre des installations nucléaires. Téhéran accuse les Etats-Unis et Israël d’être à l’origine de virus informatiques, dont Stuxnet et Flame, qui ont infecté des ordinateurs de son programme nucléaire, rapporte l’AFP.

« Le Conseil de sécurité devrait utiliser son autorité pour agir contre les Etats qui lancent des cyberattaques et des actes de sabotage dans les installations nucléaires pacifiques et tuent des experts nucléaires d’autres pays » a affirmé le ministre iranien des Affaires étrangères Ali Akbar Salehi, cité par l’AFP. Il s’est cependant abstenu de de nommer les pays en question.

Abonnez-vous à la Newsletter de NewZilla.NET

Suivez NewZilla.NET sur TWITTER