Accueil / e-Commerce / LeGuide.com, un site publicitaire déguisé en comparateur de prix

LeGuide.com, un site publicitaire déguisé en comparateur de prix

Les fêtes de fin d’années approchent à grand pas. Aux infos, le dernier marronnier à la mode vous serine qu’il n’y a rien de tel qu’Internet pour faire de bonnes affaires et dénicher vos cadeaux au meilleur prix…

 

La probabilité est donc élevée pour que vous consultiez dans les jours à venir l’un de ses “comparateurs de prix” qui sévissent sur la toile. Un site comme LeGuide.com qui sur sa page d’accueil le proclame haut et fort “Pour acheter moins cher, comparez! » (sic). Sauf que, pour la Cour de de cassation, LeGuide.com n’est rien d’autre qu’un simple site publicitaire déguisé en comparateur de prix.

Dans un arrêt rendu le 4 décembre dernier la haute juridiction reproche au site, récemment racheté par Lagardère Active, de ne pas indiquer aux internautes si les produits mis en avant sur ses pages ont ou non payé pour bénéficier d’une meilleure exposition. A l’origine de cette affaire, une entreprise se plaignait en effet de voir ses produits relégués plus bas sur le site que ceux de concurrents plus chers.

Pratique trompeuse

Pour la Cour de cassation, « l’absence d’identification claire du référencement prioritaire est susceptible d’altérer de manière substantielle le comportement économique du consommateur qui est orienté d’abord vers les produits et offres des e-marchands « payants » et ne dispose pas ainsi de critères objectifs de choix. Ceci constitue une pratique trompeuse au sens des dispositions de l’article L. 121-1 du code de la consommation, de même qu’une pratique déloyale au sens de l’article L. 120-1 du même code, la clientèle potentielle d’un commerçant pouvant être détournée vers des concurrents qui ont payé pour obtenir un référencement prioritaire ».

A lire aussi

heetch

Heetch et ses dirigeants condamnés à verser 441 000 euros aux chauffeurs de taxi (VIDEO)

La start-up Heetch et ses dirigeants, Teddy Pellerin et Mathieu Jacob, ont été condamnés par le tribunal de grande instance de Paris à verser 441 000 euros en réparation du préjudice moral causé aux 1463 chauffeurs de taxi qui étaient parties civiles au procès.

SFR-emploi

SFR condamné pour non-respect des accords de maintien dans l’emploi de 251 salariés d’un centre d’appel SFR

La chambre sociale de la Cour d'appel de Poitiers vient de condamner SFR et SFR service clients à verser 2.000 euros par employé à 251 ex-salariés d'un centre d'appel SFR pour violation de ses accords de maintien dans l'emploi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.