Accueil / Liberté d'expression / RSF et les “mercenaires du numérique”

RSF et les “mercenaires du numérique”

A l’occasion de la publication de son rapport 2013 sur les “ennemis de l’Internet”, l’association RSF (Reporters sans frontière) a fait un focus particulier sur des entreprises qu’elles qualifient de “mercenaires du numérique”.

 

Ces sociétés, Gamma (Royaume-Uni), Trovicor (Allemagne), Hacking Team (Italie), Amesys (France) et Blue Coat Systems (Etats-Unis), pour ne pas les nommer et que nous avons déjà largement évoqué dans ces colonnes, sont accusées de mettre leur savoir-faire technologique au service des plus grands dictateurs de planète. Les solutions déployées servant le plus souvent à faire taire toute opposition politique ou pour espionner les journalistes.

Parmi les différentes technologies fournies par ces entreprises, figurent du matériel de surveillance du réseau internet dans son ensemble et des logiciels espions (spyware). Ces logiciels espions servent à « espionner le contenu d’autres disques durs, récupérer des mots de passe, accéder au contenu de messageries électroniques ou espionner des communication de VOIP », explique le rapport.

La Syrie, la Chine, l’Iran, le Bahreïn, le Vietnam ou il y a quelques temps encore la Libye du colonel Kadhafi, figurent ou ont figuré parmi les principaux clients de ces entreprises.

A lire aussi

L’Iran lance son intranet pour se passer de celui du « grand Satan américain »

Désireux de protéger son programme nucléaire des virus informatiques étrangers, la république des mollahs vient de couper l’accès à Google et à Yahoo! et développe son propre réseau, à l’écart du réseau mondial.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.