Accueil / Emploi / Le Brésil réclame 82 millions d’euros à Samsung et dénonce les conditions de travail imposées à ses ouvriers

Le Brésil réclame 82 millions d’euros à Samsung et dénonce les conditions de travail imposées à ses ouvriers

Après le travail des enfants dans les usines de ses sous-traitants chinois, les accusations de maltraitance de milliers d’ouvriers brésiliens. A l’instar de son concurrent américain Apple, le groupe d’électronique grand public sud-coréen Samsung, doit aujourd’hui faire face à une fronde sociale d’importance.

 

Cette fois-ci le mouvement est parti du Brésil, et plus précisément d’une usine située dans la zone franche de Manaus qui emploie près 5600 personnes et alimente toute l’Amérique latine en produits Samsung. A Manaus, sur 5600 employés, 2018 d’entre eux ont demandé à être relevé de leur fonction pour raison de santé (problèmes de dos, tendinites…), indique la BBC.

1200 plaintes ont été déposées par des ouvriers. Le gouvernement brésilien entre maintenant dans la danse, assigne Samsung en justice et lui réclame 82 millions d’euros, pour «mauvais traitement».

Samsung «soumet ses employés à des risques pour leur santé du fait d’une activité répétitive et d’un rythme de travail intense sur les chaînes d’assemblage.» Le ministère brésilien du Travail.

samsung-brazil

Activité répétitive et rythme de travail intense? Selon un reportage posté sur le site Internet Tribuna Hoje les ouvriers ne disposent que de 32 secondes pour assembler un smartphone, et de six secondes pour l’emballer batterie, chargeur, écouteurs et notice compris. Une action qui doit être répétée jusqu’à 6800 fois par vacation.

Pour une télévision c’est 65 secondes pour l’assemblage et 4,8 secondes pour l’emballage. «Nous étudions la plainte dans le détail et nous promettons de coopérer pleinement avec les autorités brésiliennes», a déclaré dans un communiqué le groupe Samsung.

A lire aussi

bitcoin

NewZilla.NET #25 / Dimanche 27 août 2017

Chaque semaine NewZilla.NET revisite l’actualité en quelques chiffres. A la Une cette semaine : le cours du Bitcoin, Samsung Electronics, iPhone 8, Uber, The Pirate Bay.

lee-jae-yong-samsung

Le patron de Samsung Group mis en examen pour corruption et détournement de fonds

Lee Jae-yong est accusé par la justice sud-coréenne d'avoir versé pour 36 millions de dollars de pots de vin à une conseillère de l'ex-présidente Park Guen Hye.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.