En continu
Accueil / Airbnb / Pillow ou comment louer sa maison sur Airbnb en toute tranquillité

Pillow ou comment louer sa maison sur Airbnb en toute tranquillité

Cette startup californienne propose aux particuliers de prendre en charge la gestion de la location de leur bien (appartement ou maison) sur des plate-formes comme Airbnb, en leur garantissant, moyennant une commission de 15%, un revenu de location minimum garanti.

 

pillow_couchAttention startup à suivre! Sur le papier, avec Pillow Homes, les internautes qui souhaitent louer leur bien immobilier (appartement ou maison) sur une plate-forme collaborative comme Airbnb peuvent dormir sur leurs deux oreilles.

En pratique, Pillow (anciennement Airenvy) est une startup basée à San Francisco qui propose (pour l‘heure aux seuls résidents de San Francisco, Napa, et Los Angeles en Californie) de prendre en charge de A à Z la gestion de leur location via Airbnb.

15% de commission

Finies les heures passées à cogiter sur la rédaction d’une annonce pour séduire le chalant. Le propriétaire qui souhaite louer son bien n’a plus qu’à en fournir la description, l’emplacement et les dates disponibles. Pillow s’occupe de tout (nettoyage, lessives, échanges de clés, service de conciergerie si besoin est…).

PillowPillow sélectionne également pour vous les hôtes, provisionne 2 millions de dollars d’assurance de responsabilité civile et garantit même (et surtout) aux internautes qui utilise le service un revenu minimum garanti de location mensuel, défini en fonction de la taille et de l’emplacement de leur bien.

Ce service a un coût. La startup prélève une commission de 15% sur le prix de la location. Pillow vient de lever 2,65 millions de dollars pour son expansion aux Etats-Unis et peut-être, qui sait, ensuite à l’internationale…

A lire aussi

Expresso NewZilla.NET #24 / Samedi 18 mars 2017

L’écho du Net en quelques historiettes, petites phrases et citations sur NewZilla.NET. Aujourd’hui au menu: Mark Zuckerberg et Priscilla Chan, Facebook, Airbnb, Mozilla Pocket, Atos, Deezer, Linux, bitcoin...

economie-collaborative

Les nouvelles obligations de l’économie collaborative

Depuis le 1er mars 2017, les plates-formes dites « collaboratives » comme Airbnb, Drivy ou bien encore Le Bon Coin, sont tenues d’informer leurs utilisateurs de leurs obligations (souvent ignorées jusqu’à présent), fiscales et sociales.