Accueil / Google / En Israël, Google Waze lance RideWith, un service de covoiturage gratuit

En Israël, Google Waze lance RideWith, un service de covoiturage gratuit

Les chauffeurs utilisant ce service ne pourront pas réaliser plus de deux courses par jour et ne seront dédommagés que pour l’essence ou les frais kilométriques.

 

RideWith-Waze-GoogleRideWith, l’application lancée cette semaine en Israël et basé sur Waze, le service de géolocalisation de Google est-elle un concurrent, ou représente-t-elle une menace pour les Uber et autres BlaBlaCar?

Si l’on s’en tient à la surface des choses, la réponse ne peut-être que positive. Mais à y regarder de plus près la chose est (beaucoup) moins évidente.  Car si, comme l’indique le quotidien israélien Haaretz, RideWith marque l’entrée de Google sur le marché du covoiturage, les conditions d’utilisation du service sont elles, clairement encadrées.

Pas question de concurrencer ici Uber (dans lequel Google Ventures, le fonds de capital-risque de Google a déjà investi 250 millions de dollars sur les 5,9 milliards levés par la startup créée par Travis Kalanick), ni même BlaBlaCar.

Uber peut dormir tranquille

Les chauffeurs qui utiliseront ce nouveau service seront limités à deux courses par jour, et encore faut-il noté qu’ils ne pourront être dédommagés que pour l’essence et les frais kilométriques.

Ici, l’idée serait plutôt de fluidifier la circulation en connectant chauffeurs et passagers qui souhaitent se rendre par exemple sur leur lieu de travail. Les passager devront s’inscrire en communiquant leur adresse et les horaires qui les intéressent. Chauffeurs et passagers pourront ainsi s’organiser à l’avance et pourront échanger via un système de messagerie.

A lire aussi

uberAIR

Uber, Airbus et les taxis volants

Le groupe Internet passe un partenariat avec la Nasa, quand Airbus teste déjà son premier véhicule dans l'Oregon (Etats-Unis). 

uber-driver-lagos-nigeria-lockito

Au Nigéria, des chauffeurs Uber utilisent de faux GPS pour gonfler le prix des courses

Mécontents de la récente baisse de rémunération décrétée par Uber, certains chauffeurs travaillant pour le groupe Internet à Lagos (Nigéria) utilisent désormais un faux GPS pour augmenter de manière frauduleuse le prix des courses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.