Accueil / Drone / La Poste finlandaise va tester la livraison par drone

La Poste finlandaise va tester la livraison par drone

HELSINKI (Finlande) – Posti, l’équivalent finlandais de La Poste, va tester dès le mois de septembre la livraison par drone de colis commandés en ligne sur un archipel qui fait partie d’Helsinki, la capitale du pays.

 

Au moment où la Californie envisage sérieusement de leur interdire le survol des propriétés privées, les drones (qui pourraient bientôt se voir doté d’une plaque d’immatriculation), et tous les promoteurs de cette technologie peuvent regarder sereinement du côté de la Finlande.

Car si Google et Amazon planchent sur le sujet et rivalisent d’effets d’annonce, Posti, l’équivalent local de La Poste, est dans le concret et s’apprête à tester dans quelques jours la livraison par drone. Cette expérience pilote durera une semaine au mois de septembre.

Des colis commandés sur Verkkokauppa.com

Selon le quotidien finlandais Helsingin Sanomat, les colis concernés auront au préalable été commandés sur le site Verkkokauppa.com. Quant au lieu de livraison, il s’agit de l’archipel de Suomenlinna.

Constituée d’un archipel de six îles, cette base navale destinée à protéger la rade d’Helsinki a été construite au milieu du 18ème siècle alors que la Finlande était encore rattachée au Royaume de Suède. Et depuis 1991, Suomenlinna est inscrite à la liste du patrimoine mondial de l’Unesco.

Ce type d’expérimentation, à savoir la livraison par drone en ville (ou plutôt, dirons-nous, en milieu urbain) constitue une première en Europe. Les colis seront donc livrés par drones. Quant au reste du courrier (lettres et magazines) il sera acheminé par ferry. Comme d’habitude.

A lire aussi

Amazon

NewZilla.NET Week-End #1 / 11 novembre 2017

Echos du Net, levées de fonds, petites phrases, tout ce qu'il ne fallait pas manquer (ou presque) cette semaine sur NewZilla.NET. Aujourd'hui au menu : Amazon, le Pape François, Snap et Tencent.

uber-otto-waymo-google

Google réclame 1,8 milliard de dollars à Uber pour violation de brevet

Nouvelles accusations formulées à l'encontre d'Uber. Cette fois-ci, c'est Google qui monte au créneau par l'intermédiaire de Waymo, sa filiale dédiée au développement de voitures autonomes. Google soupçonne Uber d'avoir tiré profit d'un vol "calculé" de secret industriel au centre duquel se trouverait un certain Anthony Levandowski. Cet ancien ingénieur vedette du projet Google Car est accusé d'avoir dérobé près de 14 000 dossiers confidentiels lors de son départ de Google au début de l'année 2016.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.