En continu
Accueil / Innovation / Start-Up / Plow Me Out, le Uber du déneigement

Plow Me Out, le Uber du déneigement

MONCTON (Canada) – Cette application saisonnière qui vient (sans surprise) d’être lancée au… Canada, propose de mettre en contact des particuliers dont le pas de porte en enneigé, avec des chauffeurs de chasse-neige circulant près de leur domicile.

 

Dans la catégorie “l’Uber de…” voici aujourd’hui “l’Uber du… déneigement”. Lancée en toute fin d’année 2015 par deux Canadiens, Sean Griffith et Joe Simms, Plow Me Out est une application qui vise à mettre en relation des particuliers, dont le pas de porte en enneigé, avec des professionnels du déneigement.

Certes, en ces temps de réchauffement climatique, la pertinence du modèle économique d’une telle application (par nature saisonnière) ne saute pas forcément aux yeux, mais au Canada – un pays qui vit en grande partie sous la neige de novembre à avril – il semble bien que le concept fasse sens.

30% de commission

Les particuliers qui souhaitent utiliser le service doivent dans un premier temps, logiquement, se créer un compte sur l’application mobile, puis remplir un bref questionnaire concernant leur habitation et la surface à déneiger.

Plow-Me-OutA partir des informations communiquées, ils sont ensuite mis en relation avec un chauffeur de chasse-neige disponible dans les environs. Selon l’urgence des opérations de déneigement il en coûtera entre 35 et 45 dollars canadiens (c’est-à-dire entre 22 et 30 euros).

Le règlement peut se faire directement en ligne sur la plate-forme Plow Me Out. L’application développée par Sean Griffith et Joe Simms prélève une commission de 30% sur le montant total de la commande.

Si les créateurs de Plow Me Out (littéralement “déneigez-moi”) visent à terme un déploiement sur l’ensemble du pays, l’application sera dans un premier temps disponible dès cet hiver à Moncton, Halifax, Fredericton, Charlottetown, Saint-Jean et Truro.

A lire aussi

uber

Uber (toujours) dans le rouge

Le groupe Internet a encore perdu 708 millions de dollars au premier trimestre 2017, et va devoir recruter un nouveau directeur financier, en remplacement de Gautam Gupta, qui a décidé de quitter Uber pour rejoindre… une start-up.

Uber-NY-New-York

A New York, Uber reconnait avoir “sous-payé” ses chauffeurs pendant plusieurs mois

Une “erreur comptable” aurait ainsi permis au groupe Internet “d’économiser” plusieurs dizaines de millions de dollars, mais Uber a assuré qu’il allait rembourser aux chauffeurs concernés les sommes non perçues.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.