En continu
Accueil / Décryptage / Twitter au plus bas

Twitter au plus bas

Départs massifs de ses dirigeants, action étrillée en Bourse, un nombre d’utilisateurs quasi-stagnant, le petit oiseau bleu est véritablement entré dans une forte zone de turbulence.

 

Et si Twitter n’était finalement qu’un soufflé sur le point de retomber? L’une des principales illusions financières générée ces dix dernières années par l’économie Internet?

Tout d’abord, rappelons quelques chiffres: depuis sa création le 21 mars 2006, la plate-forme de micro-blogging a levé 1,16 milliard de dollars et procédé à 47 acquisitions. Côté en bourse depuis le 7 novembre 2013, le groupe Internet n’a jamais réalisé un seul dollar de bénéfice.

TwitterSur les neufs premiers mois de l’année 2015 (les résultats annuels de l’entreprise étant annoncés pour le 10 février prochain), Twitter avait encore perdu 430 millions de dollars (un chiffre à comparer aux 452 millions de dollars perdus sur la même période en 2014). Et si l’entreprise est parvenue à augmenter significativement son chiffre d’affaires (celui-ci passant d’une année sur l’autre sur les trois premiers trimestres fiscaux de 923 millions à 1,5 milliard de dollars), l’équilibre financier semble encore extrêmement lointain, et les investisseurs (boursiers, les autres ayant déjà très largement profité de l’introduction en bourse) commencent à s’impatienter.

Plus bas historique

Après avoir “remercié” son PD-G Dick Costolo, à l’automne dernier, Twitter a rappelé aux commandes l’un de ses emblématiques co-fondateurs, Jack Dorsey (@Jack). Depuis le début du mois d’octobre 2015, celui-ci en plus de siéger à ses heures perdues au conseil d’administration de la Walt Disney Company, dirige de concert Twitter, et Square (une start-up qui fabrique un petit lecteur de carte bancaire – le « dongle » – que l’on peut brancher sur la prise jack d’un smartphone ou d’une tablette, afin de les transformer en terminaux de paiement).

L’arrivée, ou plutôt le retour, de Jack Dorsey avait suscité bien des espoirs (parfois démentis, comme la rumeur d’un rachat par News Corp. le groupe de Rupert Murdoch) mais il semble que la situation soit encore loin d’être stabilisée. Pour preuve, le départ, soudain et collectif, ce week-end, de quatre vice-présidents du groupe Internet : Alex Roetter, Skip Schipper, Katie Stanton et Kevin Weil, chargés respectivement de l’ingénierie et des produits, des médias, et des ressources humaines. Un cinquième responsable, Jason Toff, qui dirigeait l’équipe de l’application vidéo Vine, ayant quant à lui aussi annoncé séparément dimanche son départ pour Google.

L’action Twitter (introduite à 40 dollars et qui, à son plus haut historique, avait atteint les 70 dollars) évoluait aujourd’hui, lundi 25 janvier 2015, en ouverture à Wall Street, à son plus bas cours historique, ne s’échangeant plus qu’à 16,55 dollars. Prochain épisode, le 10 février prochain, pour la présentation des résultats annuels du groupe.

A lire aussi

Snatap

Après les usines à (faux) clics, Snatap, la machine à (faux) “likes” (VIDEO)

Snatap, une société russe, affirme avoir installé dans des centres commerciaux situés en Allemagne, en Russie, en Pologne et en République tchèque, une machine à “likes” grâce à laquelle chacun peut s’acheter à vil prix une popularité on ne peut plus virtuelle sur Facebook ou sur Instagram.

CR7-Ronaldo

CR7 décroche le jackpot sur les réseaux sociaux

En 2016, l’activité de Cristiano Ronaldo (alias CR7) sur Instagram, Facebook et Twitter a généré près de 500 millions de dollars de retombées financières pour son principal sponsor, l’équipementier Nike.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.