En continu
Accueil / Décryptage / Ezubao, la chute du Madoff chinois

Ezubao, la chute du Madoff chinois

7,6 milliards de dollars partis en fumée. Cet escroquerie au système de Ponzi mise en place via un site de prêts aux particuliers en P2P (peer-to-peer), serait la plus grosse escroquerie de l’Histoire. Bernard Madoff a trouvé son maître.

 

En Chine, l’Internet Plus vient de faire un million de victimes. L’Internet Plus, c’est une vision économique chère au Premier ministre chinois Li Keqiang, qui voudrait que pour amortir la crise économique et accompagner la croissance, les nouvelles technologies se substituent au vieux modèle industriel.

Et comme la demi-mesure n’est pas vraiment dans les habitudes de l’économie chinoise, dans le droit fil des géants comme Tencent ou Alibaba, beaucoup d’acteurs, que l’on devine aujourd’hui peu recommandables, se sont engouffrés dans la brèche ouverte par les discours gouvernementaux.

Ding Ning, un petit commercial de 34 ans, qui n’a jamais fini ses études, était de ceux-là. Après avoir lancé dans la province rurale de l’Anhui, un site de vente en ligne d’ouvre-bouteilles, l’homme opéra une reconversion inattendue en lançant Ezubao, le plus gros site de prêt aux particuliers chinois (“peer-to-peer lending”).

Des promesses de rendement de 9% à 14%

Un site sur lequel il promettait aux “heureux” investisseurs des rendements allant de 9% à 14%. Intéressant dans un pays qui depuis plusieurs mois vit au rythme des tempêtes boursières. Intéressant, à ceci prêt que les promesses de Ding Ning ne reposaient que sur du vent.

ding-ning-ezubao-ponzi-madoffEn effet, 95% des projets proposés aux investisseur étaient en réalité factices, et comme dans toute bonne escroquerie pyramidale (dite aussi pyramide, chaîne ou système de Ponzi) qui se respecte,  les premiers investisseurs sont rémunérés par les fonds apportés par les nouveaux entrants… Et ce jusqu’à ce que le système s’effondre, faute de fonds.

Dans le cas d’Ezubao, les escrocs auront réussi à collecter 7,6 milliards de dollars auprès d’un million de petits épargnants crédules et aujourd’hui totalement ruinés. Au temps de sa splendeur, les publicités d’Ezubao étaient partout, omniprésentes sur le Net chinois, comme sur les écrans de CCTV, la télévision d’Etat. Ce qui pose bien entendu la question des complicités tant politiques qu’économiques.

L’histoire de Ding Ning, qui vient d’être arrêté ainsi qu’une vingtaine de ses collaborateurs en rappelle d’autres. Comme celle d’un Giancarlo Parretti, ancien garçon de café sicilien, parti de rien, qui après avoir racheté Pathé, et Cannon Group  (à ses deux co-fondateurs Menahem Golan et Yoram Globus) tenta de devenir le patron de la Metro Goldwyn Mayer (MGM) à Hollywood. Ou bien encore celle d’un Rafik Khalifa cet ancien pharmacien algérien ayant construit “un-petit-empire-économique” et dont la compagnie aérienne, Khalifa Airways, sponsorisait au temps de sa splendeur l’Olympique de Marseille (OM)…

A lire aussi

Chine

#Biométrie / La Chine va prélever les empreintes digitales des visiteurs étrangers

Cette mesure entre en application vendredi 10 février à l'aéroport international de Shenzen. Elle sera étendue à l'ensemble du pays à la fin de l'année 2017.

La Chine s’attaque aux VPN

Le gouvernement de Pékin part en guerre contre les logiciels qui permettent d’utiliser des VPN (“virtual private network”) et de contourner la censure qui sévit dans le pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.