En continu
Accueil / Amazon / « Amazon va ouvrir des centaines de librairies aux Etats-Unis »

« Amazon va ouvrir des centaines de librairies aux Etats-Unis »

C’est l’affirmation, relayée par le Wall Street Journal, qui agite aujourd’hui le monde de l’édition.

 

Sandeep Mathrani aurait-il gaffé? Le PD-G de General Growth Properties, un groupe qui gère de très importants centres commerciaux aux Etats-Unis aurait-il vendu la mèche à l’insu de son plein gré? La question est posée après des déclarations faites à l’occasion d’une conférence téléphonique sur les résultats financiers de son groupe et citées par le Wall Street Journal.

“Vous avez Amazon qui ouvre des magasins en dur, et dont l’objectif est, si j’ai bien compris, d’ouvrir entre 300 et 400 librairies” , a affirmé Sandeep Mathrani. On espère en effet pour lui qu’il ait “bien compris”. Car de son côté Amazon se refuse à tout commentaire.

Une première librairie ouverte à Seattle

Amazon-librairie-seattleCeci étant, les affirmations du dirigeant de General Growth Properties, outre une connaissance que l’on devine approfondie du dossier, ne viennent pas non plus de nulle part. Le 3 novembre 2015, Amazon a en effet ouvert à Seattle (où le groupe Internet est historiquement implanté) sa première librairie physique.

Le prix des livres est le même que celui pratiqué sur Amazon, et la nouvelle librairie n’a pas vocation à servir ni d’entrepôt, ni de point de collectes d’articles achetés sur le Web. Au moment de l’ouverture, voici ce que déclarait Jennifer Cast, vice-présidente de l’activité “Livres” d’Amazon au Seattle Times: “Nous ne prévoyons pas d’ouvrir un second magasin. Pour l’instant, tous nos efforts sont concentrés sur celui-ci. Nous espérons que cela ne sera pas le seul? Mais nous verrons bien”.  

Par ailleurs, indique le site spécialisé Re/code, Amazon penserait en fait à ouvrir bien plus que de simples librairies et n’entendrait pas seulement se transformer en un simple clone de son concurrent direct sur le marché américain Barnes and Noble.

Le numéro un mondial du commerce en ligne réfléchirait ainsi à des solutions originales de shopping physique. Ainsi, dans un des cas à l’étude quand un consommateur déciderait d’acheter une article en le prenant dans un magasin traditionnel sur un rayon physique, il n’aurait plus à passer en caisse. Et l’article serait alors directement débité sur le compte Amazon de l’acheteur.

A lire aussi

longchamp-wechat-luxury

Longchamp, Burberry, Givenchy, Dior… les marques de luxe adoptent WeChat

Pour tenter de s'imposer sur le marché chinois, les grandes marque de luxe occidentales, déjà présentes sur Alibaba, testent maintenant la vente directe et/ou la vente "flash" de leurs produits de référence sur WeChat, cette application du groupe Tencent qui compte déjà plus de 900 millions d'utilisateurs dans le monde.

Etsy

Etsy, changement de direction

Où va Etsy? Une chose est sûre, sous la pression de ses actionnaires (anciens et nouveaux), la place de marché dédiée aux créations faites à la main et au vintage s’interroge sur son avenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.