En continu
Accueil / e-Commerce / Le Bon Coin: “J’ai dix ans et je m’offre un lifting”

Le Bon Coin: “J’ai dix ans et je m’offre un lifting”

A partir de la mi-mars le site de petites annonces va changer d’identité graphique et déployer plusieurs nouvelles fonctionnalités, à commencer par un service de messagerie intégré et l’arrivée de la géolocalisation.

 

Soyons, une fois n’est pas coutume, un peu réducteurs! Et citons en matière de sites de petites annonces deux réussites absolues, mais à l’opposé l’une de l’autre. Craigslist d’un côté, Le Bon Coin de l’autre.

Tout d’abord Craigslist (littéralement “la liste de Craig”), un site web américain créé en… 1996 par Craig Newmark. 20 ans après sa création, Craigslist est un site mondialisé offrant des petites annonces ainsi que des forums de discussion sur différents sujets. Avec une particularité, c’est que la force de sa communauté tient en grande partie dans l’omniprésence de ces liens hypertextes bleus (certes très datés) mais qui n’ont jamais variés.

Et puis, il y a Le Bon Coin, un site de petites annonces apparu en 2006, et que l’on saluera comme l’une des plus belles illusions marketing de la dernière décennie sur Internet. Le coup de génie de ses créateurs (le site étant aujourd’hui une filiale du groupe de média scandinave Schibsted) ayant été dès le départ de faire croire aux internautes que le site n’était rien d’autre qu’une structure montée avec quelques bouts de ficelles, jouant ainsi la carte de la proximité avec les forums Internet, au design si peu (et si mal) travaillé dont beaucoup d’internautes sont friands.

Nouveau logo

Mais 10 ans plus tard, la donne a changé, et pour rester dans la course, Le Bon Coin, (23 millions de visiteurs uniques par mois et 15 millions d’internautes inscrits) doit, même partiellement, tomber le masque. Au risque d’apparaitre pour ce qu’il est vraiment, une véritable machine de guerre qui ne laisse plus rien au hasard, à des années-lumière du message distillé inconsciemment aux débuts du site auprès des internautes.

Dès le mois prochain, Le Bon Coin va donc déployer une nouvelle version de son site, un site au logo plus arrondi tout en responsive design, à dominante blanche et non jaune comme auparavant. Les utilisateurs inscrits sur Le Bon Coin pourront notamment y sauvegarder leurs recherches et les consulter sur n’importe quel terminal, mobile ou non. Un service de messagerie sera également intégré.

Il permettra aux acheteurs et aux vendeurs d’échanger en toute liberté sur les transactions à venir. Enfin, on notera aussi l’arrivée de la géolocalisation pour améliorer l’efficacité des recherches et de la publicité personnalisée (la publicité constituant aujourd’hui encore l’essentiel des revenus du site). Autre évolution à prévoir le passage au payant des offres d’emploi, au même titre que les annonces immobilières ou les petites annonces de ventes de voitures.

A lire aussi

economie-collaborative

Les nouvelles obligations de l’économie collaborative

Depuis le 1er mars 2017, les plates-formes dites « collaboratives » comme Airbnb, Drivy ou bien encore Le Bon Coin, sont tenues d’informer leurs utilisateurs de leurs obligations (souvent ignorées jusqu’à présent), fiscales et sociales.

economie-collaborative-sharing-economy

“L’économie collaborative n’est pas une zone de non-droit”

C’est ce qu’affirme le député socialiste de l’Ardèche, Pascal Terrasse, en préambule d’un rapport qu’il remettra lundi 8 février 2016 à 18 heures au Premier ministre Manuel Valls.

Une réponse

  1. Franchement, je ne vois pas l’intérêt de cette actu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.