En continu
Accueil / NewZilla.NET / Aux Etats-Unis, Uber teste un numéro d’appel d’urgence

Aux Etats-Unis, Uber teste un numéro d’appel d’urgence

Cette solution qui n’a pas vocation à remplacer le 911, LE numéro d’urgence absolue aux Etats-Unis, vise à améliorer la sécurité des chauffeurs Uber et de leurs passagers, en contribuant à la résolution de situations pratiques.

 
Uber teste, discrètement, depuis le mois d’octobre 2015 un numéro d’appel d’urgence dans 22 villes aux Etats-Unis. Public. L’information avait été évoquée par le site Quartz au mois de février, puis tout récemment par Inc.com, elle vient d’être confirmée par le groupe Internet lui-même.

Ce numéro, jusqu’ici secret, vient être divulgué. Il s’agit du 800-353-8237 (pour 800-3563-UBER). Il est intégré et activé dans l’application Uber sur 22 villes américaines, sans pour autant que ni les chauffeurs, ni les passagers ne soient informés de son existence.

L’un des objectifs de cette expérience pilote étant de voir en “a/b testing” si en cas de situations critiques, le numéro est (ou non) facilement identifiable et utilisable.

Deux centres d’appels téléphoniques

UberLes appels émis via ce numéro sont re-dirigés vers deux centres d’appels téléphoniques situés à Chicago et à Phoenix où des douzaines de télé-conseillers formés à cet effet se relaient pour répondre aux demandes formulées à toute heure du jour ou de la nuit.

Ce numéro n’a pour autant pas vocation à se substituer au 911, qui est le numéro public pour signaler une urgence absolue aux Etats-Unis. En revanche, si un ou une cliente oublie par exemple un médicament important ou un bijou de valeur dans un véhicule Uber, le service se fait fort de régler ce type de problème dans les meilleurs délais.

Et pour les situations plus graves de transmettre l’information au 911.

A lire aussi

uber

Uber (toujours) dans le rouge

Le groupe Internet a encore perdu 708 millions de dollars au premier trimestre 2017, et va devoir recruter un nouveau directeur financier, en remplacement de Gautam Gupta, qui a décidé de quitter Uber pour rejoindre… une start-up.

Uber-NY-New-York

A New York, Uber reconnait avoir “sous-payé” ses chauffeurs pendant plusieurs mois

Une “erreur comptable” aurait ainsi permis au groupe Internet “d’économiser” plusieurs dizaines de millions de dollars, mais Uber a assuré qu’il allait rembourser aux chauffeurs concernés les sommes non perçues.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.