En continu
Accueil / Edito / Adblock, une faillite (de la presse) française

Adblock, une faillite (de la presse) française

Depuis une petite semaine, à l’appel du Geste (Groupement des éditeurs de contenus et services en ligne) dont ils sont membres, les « grands » titres de la presse française (Le Figaro, L’Express, Libération, L’Obs, Telerama…), ont lancé une action commune contre les « adblockers ».

 

Ils demandent ainsi de concert aux internautes qui visitent leurs sites de désactiver tout logiciel de filtrage des publicités (les fameux, et à juste titre très controversés*, « adblocks »), pour accéder, consulter et lire leur production éditoriale. La raison invoquée par ces « grands » noms de la presse, une rédaction, c’est des dizaines voire des centaines de journalistes, et autant de bouches à nourrir, si l’on veut produire « une information de qualité ».

Un argument que l’on peut entendre quand Le Monde sort une affaire comme celle des Panama Papers, même si la plupart de ces titres (de part la composition de leur actionnariat) n’ont pas en pratique (et il s’en faut parfois de beaucoup) le monopole d’une production éditoriale dite « de qualité ».

presse-adblock-adblockerPour pouvoir continuer à lire les reportages exclusifs, les grandes enquêtes, mais aussi, reconnaissons-le, des bâtons entiers de dépêches AFP, AP et Reuters, l’internaute réfléchit, il joue le jeu, et finit par s’exécuter en désactivant son logiciel bloqueur (ou plutôt de filtrage) de publicités.

Il se rend alors, au hasard, sur le site du Figaro, pour regarder une vidéo de la NZ Transport Agency contre le téléphone portable au volant (une vidéo mise en ligne YouTube et non produite par Le Figaro). Et là, que se passe-t-il? L’internaute se retrouve pris en otage. Il constate qu’au lieu d’importer la vidéo de YouTube et d’en intégrer le code sur sa page, Le Figaro a intégré en natif la vidéo (d’une durée de 45 secondes) de la NZ Transport Agency, pour imposer à l’internaute qui souhaite la regarder sur le site du Figaro, le visionnage d’une publicité de… 45 secondes (avec 30 secondes de visionnage obligatoire), que l’on devine placée ici par la régie pub du Figaro.

Enervé, l’internaute regarde la publicité, puis lance la vidéo qu’il souhaitait consulter. Le visionnage de la vidéo est soudainement interrompu par un « rafraîchissement » de la page sur laquelle a été postée la vidéo.

L’internaute doit alors tout recommencer à zéro, regarder une autre publicité « made in Le Figaro », parvenir cette fois-ci quasi-miraculeusement à la fin de la vidéo de la NZ Transport Agency, pour s’entendre dire à la fin du visionnage que s’il souscrit un abonnement au Figaro Premium à « 9,90 euros / mois seulement », il pourra consulter toutes les vidéos qu’il veut, sans publicité.

Et après, on pourra toujours s’étonner, dans une absence totale de regard critique, que les internautes utilisent des adblocks, et qu’ils éprouvent le sentiment, récurrent et très désagréable, d’être pris tout à la fois pour des « vaches à lait » et pour de « sombres crétins ».

  • A dessein et pour en faciliter la lecture, le présent article est exempt de publicités. 

A lire aussi

AdBlock-Opera

Logiciels antipub, un racket qui ne dit pas son nom

L’éditeur norvégien du navigateur Web Opera (en passe d’être racheté par un consortium d’investisseurs chinois pour 1,2 milliard de dollars), vient d’intégrer par défaut un logiciel de blocage et de filtrage des publicités sur la version desktop (pour ordinateur de bureau) de son navigateur Internet.

Une réponse

  1. Pas cool en effet! Le sentiment est partagé par beaucoup
    Et s’abonner à 3 journaux, donc créer 3 comptes différents, ça fait presque 30€. Ça commence a faire cher!
    Je veux bien payer pour ne pas avoir de pubs et surtout pas de traking de ces régies publicitaire. Mais je ne vais pas créer 20 comptes différents et payer autant
    Il y a pourtant du changement positif suite à cette prise d’otage du GESTE, la prise de conscience pour certain, mais surtout l’émergence de bonnes initiatives, par ex le site obop.co qui propose un seul abo à €4.99 pour du sans-pubs sur tous leurs sites partenaire. Voila une bonne idée pour vous NZ

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.