En continu
Accueil / Airbnb / A San Francisco, 26% des annonces disponibles sur Airbnb sont illégales

A San Francisco, 26% des annonces disponibles sur Airbnb sont illégales

Il y a quelques jours, Airbnb publiait un rapport sur ses activités dans l’agglomération de San Francisco. Le groupe Internet affirmait, une fois de plus, son intention de lutter contre les annonces qui ne seraient pas en conformité avec la règlementation locale.

Selon ce rapport, 17% des annonces présentaient un problème. Un état des lieux semble-t-il quelque peu minoré, puisque qu’un rapport officiel publié jeudi 7 avril par le San Francisco Budget and Legislative Analyst’s Office, fait état pour sa part de 26% (soit 1 055 logements) d’offres d’hébergement illégales, et tout particulièrement ne respectant pas la durée maximale de mise en location d’un logement, fixée à San Francisco, à 90 jours par an.

De plus, les 1 055 logements supposément en infraction appartiendraient à 969 « hôtes », et seraient disponibles à la location en moyenne 200 nuits par an.

airbnb-sanfranciscoLe rapport souligne également un autre point de friction. A San Francisco, il est en effet obligatoire de déclarer aux autorités municipales que l’on met un logement en location par Airbnb ou sur l’un des services concurrents à Airbnb.

Or, si Airbnb recensait à la mi-mars 2016, 7 046 « hôtes » opérant sur sa plate-forme à San Francisco, la ville de San Francisco n’aurait en revanche reçu que 1 647 concernant Airbnb, mais aussi FlipKey ou HomeAway/VRBO, des services concurrents d’Airbnb.

A lire aussi

Airbnb

Payer en plusieurs fois sur Airbnb

Avec sa nouvelle fonctionnalité “Pay Less Up Front”, le groupe Internet permet aux utilisateurs de sa plateforme d’échelonner le règlement de leurs frais de location.

knightscope-K9-robot-SanFrancisco-San-Francisco

A San Francisco, des robots pour effrayer et chasser les personnes sans-abris

La San Francisco SPCA, une clinique vétérinaire située dans le quartier de Mission a récemment eu recours à un robot (par ailleurs déjà accusé d'avoir blessé des enfants) pour chasser de son périmètre des personnes sans-abris.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.