En continu
Accueil / Internet des objets / Après l’Internet des Objets, l’Internet (et le Wi-Fi) des Chats

Après l’Internet des Objets, l’Internet (et le Wi-Fi) des Chats

C’est l’histoire d’une expérience étudiante qui a bien tournée…

 

A l’automne dernier, Dennis Siegel, un étudiant allemand très versé dans les choses du numérique, a eu la brillante idée suivante: Dennis a voulu jouer avec Cosmo, le chat de son voisin, mais d’une façon un peu particulière.

Le félin, qui lui, ignore tout des choses de l’Internet s’est ainsi retrouvé harnaché d’un Raspberry Pi (ce nano-ordinateur, disponible pour la modique somme de 30 dollars), et investi d’une mission.

cat-exploitAvec son nouvel, et il faut bien le dire, quelque peu inattendu, équipement, la mission secrète de Cosmo était d’amplifier le signal des réseaux Wi-Fi qu’il pouvait croiser sur son chemin.

En clair, en se baladant dans un jardin public, ou un parc, Cosmo le chat et son Raspberry Pi pouvaient repérer des réseaux Wi-Fi peu ou pas sécurisés situés dans les alentours, s’y introduire, et en amplifier le signal pour que le Wi-Fi soit accessible gratuitement à n’importe quel passant en vadrouille à 200 mètres à la ronde.

L’expérience de Dennis Siegel, pour probante qu’elle soit (il l’a lui-même baptisée Cat Exploit, même s’il songe à étendre le programme aux renards et aux ratons laveurs), a aussi vocation à attirer l’attention sur la législation allemande, qui selon lui pose problème, rapporte le site Fast Company.

En effet, en Allemagne le propriétaire d’un réseau Wi-Fi privé peut-être tenu pour responsable de tout ce qui se passe à partir de ce réseau.

Ainsi, un hôtel disposant d’un réseau Wi-Fi pourra être tenu pour responsable si l’un de ses clients utilisateurs de ce réseau télécharge ou visionne, par exemple, illégalement des films et des séries.

A lire aussi

Raspberry

Raspberry Pi Zero W, le nano-ordinateur à 10 euros, Wi-Fi et Bluetooth compris

La gamme Raspberry s'enrichit d'une nouvelle déclinaison.

Du Wi-Fi sur l’Everest !

Les autorités népalaises envisagent de déployer des zones de connexion à Internet gratuites et en Wi-Fi sur certains camps de base proches du Mont Everest (le toit du Monde), pour permettre aux alpinistes de partager leur expérience... en temps réel et avec le monde entier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.