En continu
Accueil / Impression 3D / En Tanzanie, l’impression 3D nourrit les plus pauvres

En Tanzanie, l’impression 3D nourrit les plus pauvres

DAR ES SALAAM (Tanzanie) – Reflow, une start-up basée à Amsterdam envisage de racheter à bon prix aux plus indigents les bouteilles en plastique qu’ils collectent toute la journée dans les rues de la ville, pour les recycler en filaments pour alimenter des imprimantes 3D.

 

Comment améliorer les conditions de vie des plus pauvres grâce à l’impression 3D? A Dar es Salaam, capitale de la Tanzanie, ils sont des milliers à passer plus de 12 heures par jour à ramasser déchets et bouteilles en plastique pour la (très) modique somme de 1,5 dollar dans une agglomération où (officiellement) la collecte des déchets n’existe pas.

Reflow Filament, une start-up basée à Amsterdam qui vient de lancer une campagne de financement participatif sur Kickstarter pense pouvoir changer la donne en payant ces indigents jusqu’à 20 fois ce qu’ils gagnent aujourd’hui. L’idée? Racheter les bouteilles en plastique collectées pour les transformer et les recycler en filaments, une matière utilisée pour remplacer l’encre dans les impressions 3D.

Perspectives de croissance

Reflow Filament, lance actuellement cette initiative en partenariat avec Tech for Trade, une ONG basée à Londres qui a développé une technologie open-source pour le recyclage du plastique.

« J’ai constaté qu’il y avait un monde entre ce que gagnent les plus pauvres en contrepartie du plastique qu’ils ramassent dans les rues (c’est-à-dire à peu près quelques centimes par kilo) et les 25 dollars que coûte un kilo de filament pour imprimante 3D. Tout en sachant qu’il faut 120 bouteilles de plastique pour faire un kilo de filament », explique Jasper Middendorp, fondateur de Reflow.

Si l’expérience de Dar es Salaam s’avère concluante elle pourrait être étendue à d’autres grandes métropoles. Et, concernant la production de filament, les perspectives de croissance ne se démentent pas puisqu’à l’horizon 2019, les ventes d’imprimantes 3D pourraient atteindre près de 6 millions d’unités.

A lire aussi

3d-printed-gun

En Californie, les pistolets fabriqués avec une imprimante 3D devront obligatoirement être déclarés aux autorités

Une nouvelle loi oblige désormais les fabricants d'armes du dimanche à déclarer leurs créations aux autorités. En Californie, on ne plaisante pas avec le permis de port d'arme (ou si, peut-être un peu)...

WEF-Davos

La révolution technologique va détruire plusieurs millions d’emplois

DAVOS (Suisse) - Selon une étude menée par le "centre de recherche" du Forum de Davos (dont l'édition 2016 s'ouvre mercredi 20 janvier) , l'émergence des nouvelles technologies risquent de précipiter la suppression de 5 millions d'emplois qualifiés dans le monde sur les cinq années à venir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.