En continu
Accueil / Emploi / Foxconn, le fabricant de l’iPhone, remplace 60 000 ouvriers par des robots

Foxconn, le fabricant de l’iPhone, remplace 60 000 ouvriers par des robots

Le groupe Taïwanais Foxconn, sous-traitant d’Apple et de Samsung accélère la robotisation de sa chaine de production.

 

Pratique, efficace, corvéable à merci et au demeurant peu syndiqué, le robot fait fureur en Chine où les salaires ont tendance à augmenter, et où les revendications des petites mains de l’industrie se font de plus en plus pressantes.

Foxconn Technology Group, l’entreprise qui fabrique l’iPhone que vous avez (peut-être) dans votre poche (car il faut toujours bien garder à l’esprit que les produits Apple sont le plus souvent « conçus en Californie », mais « fabriqués en Chine »), Foxconn donc, vient d’opérer le remplacement de 60 000 ouvriers par des robots dans son usine de Kunshan (province de Jiangsu).

R&D et contrôle qualité

60 000 ouvriers sur les 110 000 que comptait jusqu’alors ce site de production. Officiellement cette évolution ne devraient pas provoquer de suppressions d’emplois à long terme, affirme Foxconn dans un communiqué adressé à la BBC.

iPhone-5-Foxconn-AppleL’idée étant plutôt ici de confier les tâches automatisées à des robots et de ré-orienter les ouvriers délogés de leur poste de travail vers des mission à plus forte valeur ajoutée, comme les contrôles des process, le contrôle qualité ou bien encore, vers la R&D (les activités de recherche et de développement).

On peut tout à fait croire aux déclarations de Foxconn, il est aussi permis d’en douter quelque peu au vu des antécédents sociaux de ce groupe industriel.

A lire aussi

internet-statistics

Les Chiffres du Net de NewZilla.NET #24 / Samedi 5 août 2017

Chaque semaine NewZilla.NET revisite l’actualité en quelques chiffres. A la Une cette semaine : IBM, French Tech, Google, Snapchat, Apple. 

Apple-fisc-impots-taxes

Nouveau redressement fiscal pour Apple en France

Selon BFM Business, Apple Retail France EURL, l’une des deux filiales d’Apple en France est visée par un redressement fiscal qui pourrait atteindre 12,2 millions d’euros sur les exercices fiscaux 2012, 2013 et 2014.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.