Accueil / NewZilla.NET / Lending Club : la chute de Renaud Laplanche

Lending Club : la chute de Renaud Laplanche

Ex-avocat d’affaires, symbole de la réussite française dans la Silicon Valley, désigné en 2012 « entrepreneur de l’année » par BFM TV… Renaud Laplanche, fondateur du site de finance participative, Lending Club, a du quitter début mai 2016 ce groupe Internet suite à toute une série d’écarts de conduite financiers. Et depuis, les révélations s’accumulent.

 

Remercié, c’est-à-dire proprement « viré » de sa propre start-up, c’est l’aventure qui est arrivée au début du mois de mai 2016 à Renaud Laplanche, fondateur du site de finance participative, Lending Club (aujourd’hui coté en bourse). Démissionné pour avoir violé les règles de l’entreprise qu’il a lui-même fondée…

Dans cette affaire les accusations sont graves puisqu’il est notamment reproché à l’ancien P-DG de Lending Club d’avoir passé outre les instructions d’un investisseur en lui vendant 22 millions de dollars de prêts risqués.

lending-club-ex-ceo-renaud-laplanche« La violation des pratiques de la société et le manque de transparence complète durant l’examen ont été jugées inacceptables par le conseil […] L’un des principes clé de l’entreprise est de maintenir un niveau de confiance très élevé avec les emprunteurs, les investisseurs, les régulateurs, les actionnaires et les employés », indiquait alors dans un communiqué la nouvelle direction, emmenée par le successeur (et ex-COO Chief Operating Officer de Lending Club) Scott Sanborn.

32 prêts pour un montant total de 722 800 dollars

Pour Renaud Laplanche, qui incarnait pour beaucoup l’un des plus forts symboles de la réussite française dans la Silicon Valley, le coup est dur. Mais dans le même temps, et cela est tout à fait compréhensible, au pays du capitalisme-roi, les Américains n’ont pas non plus vraiment l’habitude de plaisanter avec les entreprises cotées en bourse.

Par ailleurs, les déboires de Renaud Laplanche pourraient ne pas s’arrêter là, puisque, selon le quotidien américain USA TODAY, de nouvelles accusations se font jour.

Une enquête menée en interne par Lending Club (qui vient d’annoncer la suppression de 179 emplois) aurait ainsi permis d’établir l’existence de 32 prêts d’un montant total de 722 800 dollars contractés par Renaud Laplanche et trois autres membres de sa famille en Décembre 2009 pour gonfler le volume d’activité de la société.

 

A lire aussi

ecole42-xavier-niel-thierry-mandon

Ecole 42, bilan et perspectives

Selon son directeur général, Nicolas Sadirac, l’établissement créé en 2013 à Paris par Xavier Niel pourrait, dans un futur proche, doubler de taille et porter ses promotions à 1500 voire 2000 étudiants par an.

Yuri-milner-alisher-usmanov-paradise-papers

Paradise Papers / Comment l’argent du Kremlin inonde la Silicon Valley

Les informations révélées, dimanche 5 novembre 2017, dans le cadre des "Paradise Papers" (une grande enquête menée par le "Consortium international des journalistes d'investigation" (ICIJ), sur la base de millions de documents provenant pour partie du cabinet d'avocats Appleby-Estera, permettent de confirmer ce dont l'on se doutait déjà, à savoir que des proches du président russe, Vladimir Poutine, ont utilisé DST Global, le fonds d'investissement contrôlé par le milliardaire russe Youri Milner pour faire leur marché dans la Silicon Valley et réaliser de très confortables plus-values.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.