En continu
Accueil / Données personnelles / Vidéosurveillance / Des patients autistes filmés à leur insu dans une maison d’accueil en Seine-et-Marne

Vidéosurveillance / Des patients autistes filmés à leur insu dans une maison d’accueil en Seine-et-Marne

Des patients autistes, résidents d’une maison d’accueil (MAS) Vercors à Nandy (Seine-et-Marne), sont filmés dans leur intimité, depuis des années, à leur insu, et en toute illégalité révèle le journal Le Parisien. Le Défenseur des droits est saisi du dossier.

 

Nouveau scandale dans le domaine de la vidéosurveillance. Cette fois-ci c’est la maison d’accueil (M.A.S) Vercors, à Nandy (Seine-et-Marne) qui est concernée. Dans cet établissement qui accueille des patients autistes, un système de vidéosurveillance a été mis en place, sans qu’aucune déclaration n’ait été fait auprès de la CNIL (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés).

L’affaire, révélée par le journal Le Parisien, aurait pu en rester au stade du simple bug administratif, si les patients de cet établissement n’étaient pas filmés, en permanence, depuis des années, à leur insu, jusque dans leur intimité (c’est-à-dire dans leur chambre).

Maltraitance grave

Une pratique qui relève d’une forme de maltraitance grave, selon le Défenseur des droits, aujourd’hui saisi du dossier. L‘autorité administrative a adressé l’établissement concerné deux demandes d’explication qui sont restées lettre morte. L’institution a donc décidé de mener une « visite inopinée » le 24 mars 2016.

videosurveillance« Nous avons constaté que le système de vidéosurveillance était toujours en place dans les couloirs mais surtout dans les 12 chambres, qui sont des espaces privés », rapporte Loïc Ricour (directeur du pôle santé du Défenseur des droits), interrogé par Le Figaro.

Après avoir la direction de l’Autorité régionale de santé (ARS) d’Île-de-France, dont dépend l’association gestionnaire de l’établissement, la présidente de la CNIL et le préfet de Seine-et-Marne, le Défenseur des droits a formulé des recommandations. Si celles-ci ne sont pas suivies d’effet, il se réserve la possibilité de saisir le procureur de la République. 

A lire aussi

Darty-Cnil

Protection des données personnelles : Darty écope d’une amende de 100 000 euros

La CNIL (Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés) vient de décider d'infliger une sanction de 100 000 euros à l’encontre de la société DARTY pour ne pas avoir suffisamment sécurisé les données de clients ayant effectué une demande en ligne de service après-vente.

WhatsApp-Facebook-Cnil

La CNIL met en demeure WhatsApp pour transmission illégale de données personnelles

Rachetée en 2014 par Facebook, la start-up transmet aujourd'hui certaines données personnelles de ses 10 millions d'utilisateurs français au réseau social, à des fins de ciblage publicitaire, de sécurité, d'évaluation et d'amélioration des services (« business intelligence »). En toute illégalité selon la CNIL.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.