Accueil / NewZilla.NET / 25 513 caméras de vidéosurveillance piratées pour créer un réseau de « botnet »

25 513 caméras de vidéosurveillance piratées pour créer un réseau de « botnet »

Selon des informations diffusées par la société de sécurité informatique Sucuri, plus de 25 000 caméras de vidéosurveillance auraient été récemment piratées dans le monde entier, dans le but, pour les auteurs de cet acte, de créer un réseau de « botnet » (de machines zombies) utilisables pour lancer des attaques par déni de service (DDoS) visant à paralyser des systèmes de vidéosurveillance.

 

Nous sommes en 2016, et l’alerte info concernant une vague de piratages d’objets connectés a remplacé un autre exercice de communication qui nous narrait, il y a quelques années encore, l’effrayante histoire de la propagation de virus informatiques dans les ordinateurs de nos entreprises.

A chaque fois, c’est l’occasion rêvée pour tout éditeur, expert ou consultant en sécurité informatique qui se respecte de bomber du torse, d’afficher à la face du monde son hyper-professionnalisme et d’entonner le discours bien rôdé du « Je vous l’avais bien dit ».

La sécurité, parent pauvre des objets connectés

Dernier exemple en date, ce lundi 27 juin 2016 avec la société de sécurité informatique Sucuri qui nous dévoile sur son blog l’existence d’une vaste conspiration fomentée par de vilains hackers qui auraient piratés 25 513 caméras de vidéosurveillance situées dans le monde entier (avant de faire une petite pause). En pratique, ces cyber-criminels souhaitaient créer à un réseau de « botnet » ( de machines zombies), nous apprend Sucuri, réseau qui aurait ensuite pu être utilisé pour lancer des attaques par déni de service (DDoS), afin de bloquer des systèmes de vidéosurveillance.

Sucuri-CCTV-DDoS-Botnet

Le sujet de la sécurité des objets connectés n’est pas nouveau, et dans l’indifférence quasi-générale, les piratages sont de plus en plus spectaculaires (Cf. NewZilla.NET du 2 février 2016). Il n’en demeure pas moins, à ce stade, que quantitativement leur nombre reste insignifiant au regard de nombre total d’équipements déployés. A titre indicatif, dans l’affaire révélée par Sucuri, 2% des piratages concernent la France (soit 500 caméras sur plus d’un million en activité dans l’espace public).

Selon Arnaud Chassagne, directeur du développement de l’intégrateur Cheapset (groupe Newlode), cité par LePoint.fr, « la sécurité des objets connectés est encore aujourd’hui clairement défaillante. Penchons-nous sur la réalité des sociétés qui fournissent des objets connectés : elles utilisent des logiciels libres comme base de développement, et les systèmes d’exploitation sont souvent faillibles. Les moyens d’échange ne sont pas toujours sécurisés (versions de SSL/TLS pas à jour, donc potentiellement vulnérables). La sécurité se retrouve souvent mise sur la touche pour aller vite. Le focus est mis sur l’ergonomie et le design. »

A lire aussi

Chiffrement-lutte-terrorisme-Cazeneuve

DECRYPTAGE / Pour ou contre le chiffrement des communications?

Dans un contexte où le chiffrement des données de communication est de plus en plus associé à la propagation des activités terroristes, une vingtaine de personnalités du monde du numérique co-signent aujourd'hui une tribune dans le quotidien Le Monde intitulée, "En s’attaquant au chiffrement contre le terrorisme, on se trompe de cible". Pourtant à y regarder de plus près, les choses ne sont peut-être pas aussi simples qu'il y parait.

videosurveillance

Vidéosurveillance / Des patients autistes filmés à leur insu dans une maison d’accueil en Seine-et-Marne

Des patients autistes, résidents d'une maison d'accueil (MAS) Vercors à Nandy (Seine-et-Marne), sont filmés dans leur intimité, depuis des années à leur insu, et en toute illégalité révèle le journal Le Parisien. Le Défenseur des droits est saisi du dossier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.