Accueil / Airbnb / Airbnb valorisé à 30 milliards de dollars

Airbnb valorisé à 30 milliards de dollars

Selon le New York Times, le groupe Internet négocierait actuellement une nouvelle levée de fonds sur la base d’une valorisation virtuelle (la société n’est pas encore cotée en bourse) de 30 milliards de dollars.

 

L’an passé, Airbnb, la plate-forme  de location et de réservation de logements de particuliers fondée en 2008 par Brian Chesky et Joe Gebbia, avait levé 1,5 milliards de dollars sur la base d’un valorisation virtuelle de 25,5 milliards de dollars. Au début du mois de juin, Airbnb levait 1,5 milliard de dollars de refinancement de dette.

Le New York Times révèle aujourd’hui que la groupe Internet préparerait un nouveau tour de table (d’au moins 500 millions de dollars, selon le Wall Street Journal), cette fois-ci sur la base d’une valorisation virtuelle record de 30 milliards de dollars. Ce qui placerait au royaume des licornes Internet (les sociétés non cotées dont la valorisation dépasse le milliard de dollars), Airbnb juste derrière Uber et ses 62,5 milliards de dollars.

Airbnb veut des collaborateurs heureux

Mais à quoi pourrait donc servir ce nouveau flux de trésorerie? Selon Bloomberg, ces fonds seraient pour partie consacrer à développer le groupe Internet à l’internationale, mais aussi à proposer de nouveaux services. Au-delà de la location classique, Airbnb pourrait ainsi se frotter au marché de la réservation de restaurants, ou de tickets d’entrée pour les musées.

Par ailleurs ce nouvel afflux de trésorerie pourrait donner un peu d’air frais au groupe Internet et lui permettre de retarder son introduction en bourse au-delà des années 2016 et 2017. Enfin, Airbnb veille également au « bonheur », à tout le moins financier, de ses collaborateurs en les autorisant à vendre à des investisseurs pour 200 millions de dollars d’actions.

A lire aussi

payoneer-mastercard-airbnb

Airbnb ne proposera plus en France sa carte de crédit polémique

Le groupe Internet a accepté lundi 11 décembre, sous la pression exercée par le ministère de l’Economie et des Finances, de ne plus proposer à ses hôtes en France, la carte Payoneer. Cette carte de crédit, émise depuis Gibraltar, était soupçonnée d’être utilisée à des fins d’optimisation voire évasion fiscale.

paris-airbnb

A Paris, depuis le 1er décembre 2017, les loueurs Airbnb doivent enregistrer leur logement en mairie

Si vous avez mis en location un bien (appartement ou maison) sur Airbnb, ou sur l'une des plateformes concurrentes (comme Abritel, Homelidays ou Handivoyage...) du groupe Internet, il est temps de vérifier si vous êtes, ou non, en conformité avec la loi. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.