Accueil / e-Commerce / Quand le service client des marques migre sur les applications de messagerie instantanée

Quand le service client des marques migre sur les applications de messagerie instantanée

Selon l’étude Mobile Messaging 2016, 65% des consommateurs ont déjà utilisé des applications « messenger » de type WhatsApp, ou Facebook Messenger pour des raisons professionnelles et/ou pour échanger avec une marque.

 

Au moment où le vice-président de Facebook, David Marcus, nous apprend que plus de 11 000 bots ou chatbots (un robot logiciel pouvant dialoguer avec un individu ou consommateur par le biais d’un service de messagerie) sont déjà intégrés à Facebook Messenger, voici un autre « bonne nouvelle » pour le monde des bots.

6 000 personnes interrogées dans 9 pays

Selon l’étude Mobile Messaging 2016, nous sommes de plus en plus nombreux, 65% très précisément, à utiliser des « messenger » comme WhatsApp (propriété de Facebook) ou Facebook Messenger, pour des raisons professionnelles et/ou pour échanger avec une marque.

tayL’étude, menée auprès de 6 000 personnes dans 9 pays (dont la France) , révèle que parmi les utilisateurs de SMS ce chiffre grimpe même à 76%.

Autre donnée importante, un tiers des personnes interrogées ont déjà eu recours à leur smartphone pour s’identifier dans le cadre de l’accès à un service bancaire.

Parmi les applications les plus populaires on notera Facebook Messenger (cité dans 56% des cas), WhatsApp (50%) et les SMS (42%).

A lire aussi

kik-kin-blockchain-erc20-ethereum-digital-currency

L’application de messagerie instantanée Kik lance sa propre monnaie virtuelle (VIDEO)

Réservée aux 50 millions d’utilisateurs actifs mensuels du service, le Kin, permettra d’acheter et de commander de manière sécurisée des biens et des services directement à l’intérieur de l’application, ou de tout autre programme qui décidera d’adopter cette nouvelle monnaie virtuelle utilisant l’ERC20 Token de la blockchain Ethereum.

facebook-audience

Facebook mise sur une mesure d’audience transparente pour conserver la confiance des annonceurs publicitaires

Après avoir reconnu avoir surestimé (pendant deux ans) le temps moyen de visionnage des séquences et des publicités vidéos diffusées sur sa plate-forme, le réseau social annonce qu'i va faire auditer ses mesures d'audience par un organisme indépendant. Avec un objectif premier: rassurer et conserver la confiance des annonceurs publicitaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.