En continu
Accueil / Airbnb / Airbnb attaque en justice la ville de San Francisco

Airbnb attaque en justice la ville de San Francisco

Airbnb a déposé plainte contre une nouvelle réglementation l’obligeant à vérifier que les personnes proposant un logement à San Francisco sont bien enregistrées auprès de la ville.

 

Où il y a de la gène, il n’y a pas de plaisir… Soupçonné, voire accusé, d’être en partie responsable de la hausse vertigineuse des loyers et de la pression locative dans la ville de San Francisco, le groupe Internet Airbnb contre-attaque en poursuivant en justice… la ville de San Francisco.

Un texte, adopté en 2014 par les autorités municipales, prévoyait de mieux encadrer les activités d’Airbnb:

  • En instaurant notamment une taxe de séjour de 14% sur les nuitées réservées sur la plate-forme Internet.
  • En obligeant les hôtes à ne loueur que leur résidence principale pour une durée maximale de 90 jours par an sans être présents sur le lieu de la location (chaque location ne pouvant excéder une période de 30 jours).
  • En mettant en place une obligation d’enregistrement auprès de la ville.

Tout cela pour éviter que des maisons ou des appartements ne sortent pas du marché locatif traditionnel pour être loués sur Airbnb. La mesure peut paraître anodine, mais elle ne l’est pas, car San Francisco (ville de 700 000 habitants, comme Marseille) subit aujourd’hui de plein fouet l’inflation salariale pratiquée par les start-up et les grands groupes Internet. Une économie Internet aujourd’hui embarquée dans un mauvais remake de « Main basse sur la ville ».

Or, un texte adopté début juin par la ville de San Francisco va plus loin encore, en obligeant Airbnb à bannir de son service, toute personne ne s’étant pas enregistrer officiellement auprès des services de la ville.

Airbnb est vent debout contre cette disposition et affirme que partant du principe qu’un site ne peut être pour responsable de ce qu’y poste ses utilisateurs, Airbnb, en tant que gestionnaire dudit site ne peut être obligé sans assignation à partager leurs informations.

A lire aussi

Marble-Robot-SanFrancisco

San Francisco contre Marble, le robot livreur de repas

Norman Yee, un conseiller municipal de San Francisco a déposé le 16 mai 2017 un projet de loi proposant l’interdiction dans les rues et sur les trottoirs de la ville californienne, de Marble, un robot livreur de repas qui officie depuis la mi-avril pour le compte de YelpEat24.

Expresso NewZilla.NET #24 / Samedi 18 mars 2017

L’écho du Net en quelques historiettes, petites phrases et citations sur NewZilla.NET. Aujourd’hui au menu: Mark Zuckerberg et Priscilla Chan, Facebook, Airbnb, Mozilla Pocket, Atos, Deezer, Linux, bitcoin...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.