Accueil / Emploi / Suicides à France Télécom-Orange : le parquet de Paris demande le renvoi en procès pour harcèlement moral de l’entreprise et de son ex-PD-G Didier Lombard

Suicides à France Télécom-Orange : le parquet de Paris demande le renvoi en procès pour harcèlement moral de l’entreprise et de son ex-PD-G Didier Lombard

Entre 2008 et 2009, 35 salariés de l’entreprise s’étaient donnés la mort. En 2010, l’ancien PD-G du groupe télécom, Didier Lombard, avait évoqué “une mode du suicide”, avant de reconnaître que cette déclaration était “une énorme bourde”.

 

Après sept années d’enquête, le parquet de Paris (c’est-à-dire le ministère public) a, dans ses réquisitions datées du 22 juin 2016, demandé le renvoi devant un tribunal correctionnel de France Télécom (maintenant Orange) et de sept de ses dirigeants.

Si le juge d’instruction se prononce en ce sens, France Télécom – Orange pourrait être la première entreprise du CAC40 à être jugée pour harcèlement moral.

Cette demande de renvoi en procès pour harcèlement moral vise également l’ancien PD-G du groupe, le polytechnicien et diplômé de Télécom ParisTech, Didier Lombard, ainsi que de deux autres dirigeants, Louis-Pierre Wenes, ex-numéro 2, et Olivier Barberot, ex-responsable des ressources humaines, indique l’AFP.

Quatre autres cadres de l’entreprise pourraient également être jugés pour complicité. Les dirigeants de France Télécom risquent jusqu’à deux ans d’emprisonnement et 30.000 euros d’amende, selon l’article 222-33-2 du code pénal.

35 morts / Le procès d'un "management par la terreur"

Il leur est reproché d’avoir mis en place à partir de 2007 une politique qui a eu pour effet de “créer un climat professionnel anxiogène » dans l’entreprise.

francetelecom-orangeAprès avoir lancé en 2006 un plan de restructuration de l’entreprise, Didier Lombard avait déclaré devant des cadres supérieurs et des dirigeants de France Télécom: “il faut qu’on sorte de la position « mère poule ». […] En 2007, je ferai [les 22000 départs] d’une façon ou d’une autre, par la fenêtre ou par la porte.”

Entre 2008 et 2009, 35 salariés du groupe télécom s’étaient donnés la mort.

Après son départ de France Télécom, Didier Lombard avait pris présidence du conseil de surveillance de ST Microelectronics, groupe franco-italien de semi-conducteurs dont il est administrateur depuis 2004 et siégé également aux conseils d’administration de Thales, Technicolor (ex-Thomson) et Radiall. Jeudi 7 juillet, le syndicat CFE-CGC d’Orange (ex-France Télécom) demandait le renvoi de Didier Lombard en correctionnelle non pour “harcèlement moral”, mais pour “homicide involontaire”.

Il est indispensable que les magistrats instructeurs en charge du dossier tirent toutes les conséquences des éléments figurant dans la procédure et décident de renvoyer les personnes physiques et morale mises en examen devant la juridiction correctionnelle des chefs combinés d’homicide involontaire, mise en danger de la vie d’autrui et harcèlement moral”, écrit le syndicat dans un communiqué.

A lire aussi

NewZilla.NET Week-End #3 / 18 novembre 2017

Echos du Net, levées de fonds, petites phrases, tout ce qu'il ne fallait pas manquer (ou presque) cette semaine sur NewZilla.NET. Aujourd'hui au menu : Harry Potter, Xavier Niel, Projet Loon, Wiil.i.am, Orange Bank.

drahi-sfr-altice

Altice-SFR, jusqu’où ira la chute?

En moins de deux semaines, le cours de l'action Altice, maison-mère de l'opérateur de télécommunications SFR, a chuté de 45%. De retour en urgence aux manettes, Patrick Drahi, principal actionnaire et fondateur d'Altice tente de rassurer salariés et investisseurs. En vain pour le moment. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.