Accueil / NewZilla.NET / Uber contraint de suspendre ses activités en Hongrie

Uber contraint de suspendre ses activités en Hongrie

L’hostilité des taxis, et une évolution législative assez défavorable oblige le groupe Internet a interrompre (temporairement?) ses activités en Hongrie.

 

« A partir du 24 juillet 2016, notre service Uber X ne sera plus disponible à Budapest », a déclaré à l’agence Reuters Rob Khazzam, responsable des activités d’Uber pour l’Europe centrale. « Malheureusement, l’évolution législative de la Hongrie sur les 18 derniers mois, ne nous laisse d’autre choix que de prendre cette difficile décision », poursuit Rob Khazzam.

120 000 utilisateurs

En juin dernier, le parlement hongrois, soutenu en cela par le parti d’extrême-droite du Premier ministre Viktor Orban, a opté pour une législation, dont le moins que l’on puisse en dire est qu’elle n’est pas forcément très favorable à Uber. La nouvelle loi autorise en effet les autorités à bloquer l’accès Internet de tout service considéré comme illégal.

Le vote de ce texte intervient après des mois de manifestations des taxis locaux demandant le blocage de l’application Uber et la mise hors-la-loi du service. Jusqu’à présent, Uber revendiquait 120 000 utilisateurs sur Budapest et 1 200 chauffeurs travaillaient pour le service de VTC.

A lire aussi

uber

Uber (toujours) dans le rouge

Le groupe Internet a encore perdu 708 millions de dollars au premier trimestre 2017, et va devoir recruter un nouveau directeur financier, en remplacement de Gautam Gupta, qui a décidé de quitter Uber pour rejoindre… une start-up.

Uber-NY-New-York

A New York, Uber reconnait avoir “sous-payé” ses chauffeurs pendant plusieurs mois

Une “erreur comptable” aurait ainsi permis au groupe Internet “d’économiser” plusieurs dizaines de millions de dollars, mais Uber a assuré qu’il allait rembourser aux chauffeurs concernés les sommes non perçues.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.