En continu
Accueil / e-book / Kobo, la liseuse qui ne prend pas l’eau

Kobo, la liseuse qui ne prend pas l’eau

Kobo, le discret concurrent d’Amazon sur le marché des liseuses d’ouvrages sous format électronique (distribué en France par la Fnac), sort le Kobo Aura One, sa deuxième génération de liseuse étanche (« waterproof » pour les anglophones).

 

Avec Kobo, plus besoin de lire au bord de la piscine, autant lire directement DANS la piscine. Une liseuse qui résiste à la pression pendant une heure et sous 2 mètres d’eau, c’est en effet le pari technologique de la Kobo Aura One, la dernière-née du fabricant canadien Kobo.

Si elle ne donne bien évidemment pas accès au catalogue Amazon (ce qui peut être frustrant), la Kobo tient tout de même son rang avec les 5 millions d’ebooks proposés sur le Kobo Store accessible en Wi-Fi.

Par ailleurs, pour les Etats-Unis (pour le moment) un système de prêt d’ebook, baptisé OverDrive, permettra aux futurs possesseurs de la Kobo Aura One d’emprunter gratuitement des livres électroniques sur le fond des bibliothèques les plus proches de chez eux.

Kobo

9 millimètres d’épaisseur, 230 grammes, 8Go de mémoire, un port Micro USB, une batterie dont l’autonomie annoncée est d’à peu près un mois, un écran de 7,8 pouces dont la luminosité s’adapte à celle de la pièce où l’on se trouve, en résumé, la Kobo Aura One, disponible à partir du 6 septembre prochain au prix de 230 dollars, s’annonce comme une concurrente sérieuse au Kindle Oasis, la liseuse haut-de-gamme d’Amazon (Cf. NewZilla.NET du 14 avril 2016).

 

A lire aussi

longchamp-wechat-luxury

Longchamp, Burberry, Givenchy, Dior… les marques de luxe adoptent WeChat

Pour tenter de s'imposer sur le marché chinois, les grandes marque de luxe occidentales, déjà présentes sur Alibaba, testent maintenant la vente directe et/ou la vente "flash" de leurs produits de référence sur WeChat, cette application du groupe Tencent qui compte déjà plus de 900 millions d'utilisateurs dans le monde.

Etsy

Etsy, changement de direction

Où va Etsy? Une chose est sûre, sous la pression de ses actionnaires (anciens et nouveaux), la place de marché dédiée aux créations faites à la main et au vintage s’interroge sur son avenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.