En continu
Accueil / NewZilla.NET / Uber achète Otto, le camion sans chauffeur

Uber achète Otto, le camion sans chauffeur

Le groupe Internet fait l’acquisition de cette startup co-fondée par Anthony Levandowski (ex-responsable du projet Google Car) pour 680 millions de dollars.

 

L’objectif premier d’Otto (Cf. NewZilla.NET du 19 mai 2016) n’a jamais été de construire des camions. Bien au contraire depuis sa création par Anthony Levandowski (ex-responsable du projet Google Car), s’est attachée, en travaillant sur le concept de la conduite autonome voire sans chauffeur, à développer ses propres capteurs, et en particulier le LiDAR.

Aujourd’hui, Otto passe sous le contrôle d’Uber. Les centres de R&D de Palo Alto et de San Francisco continueront à fonctionner mais les données seront désormais directement partagées avec celui d’Uber à Pittsburgh, la ville où le groupe Internet s’apprête à déployer une centaine de SUV Volvo en mode de « conduite autonome » (Cf. NewZilla.NET du 18 août 2016).

Uber

L’objectif (inavouable?) d’Uber étant à terme de mettre la main sur l’ensemble de l’industrie du transport… Aujourd’hui le groupe Internet dirigé par Travis Kalanick est présent dans plus d’une centaine de pays où il occupe déjà très souvent sur son segment d’activité, une position dominante.

A lire aussi

Uber-privacy

Uber veut limiter le temps de travail de ses chauffeurs VTC

Pour lutter contre la fatigue, le surmenage et les prises de risques inutiles, le groupe Internet veut empêcher que “ses” chauffeurs de travailler plus de 10 heures d’affilée.

wulo-uber-vtc

Wulo, un Uber associatif créé par des élèves de l’Ecole 42

Ce nouveau concept de VTC propose des tarifs plus bas que la concurrence et en particulier que le groupe Internet américain Uber, car elle ne prélève pas de commission sur les courses réalisées par ses chauffeurs.

Une réponse

  1. Des camions sans chauffeur, est-ce un prélude à des bus sans chauffeur, ou encore des voitures sans chauffeur… pour remplacer la flotte des actuelles voitures avec chauffeur ?

    D’autres concurrents s’y lancent déjà.
    Si Uber veut survivre à ce tournant, il faudra bien qu’il s’adapte à cette nouvelle technologie. Les syndicats de taxis devraient aussi y réfléchir pour ne pas se laisser dépasser.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.