En continu
Accueil / Amazon / Amazon va tester la semaine de travail de 30 heures

Amazon va tester la semaine de travail de 30 heures

Selon le Washington Post (propriété de Jeff Bezos, P-DG d’Amazon) le groupe Internet s’apprête à lancer à un programme expérimental auprès de quelques douzaines d’employés qui auront la possibilité de ne travailler que 30 heures par semaine.

 

Comme Saint Thomas, il est à parier que beaucoup d’employés d’Amazon attendront très certainement de le voir pour le croire. Selon un document posté par Amazon sur Eventbrite.com (et relayé par le quotidien américain The Washington Post), le géant du commerce en ligne envisage en effet de lancer un programme pilote de réduction du temps de travail sur une base de 30 heures par semaine.

Ces nouvelles pratiques, particulièrement innovantes à l’aune de l’histoire sociale du groupe Internet, s’appliqueront sur la base du volontariat à quelques douzaines de collaborateurs et de collaboratrices, évoluant au sein de la division « Ressources humaines » du groupe.

Flexibilité

On ne parle donc pas ici des personnels travaillant dans les différents centres de logistique du groupe Internet. Les employé(e)s concernées seront recrutées en interne et en externe, bénéficieront des mêmes avantages sociaux que les autres collaborateurs, mais ne toucheront (pour 30 heures de travail par semaine) que 75% du salaire de leurs collègues.

amazonLes employés devront travailler du lundi au jeudi de 10h à 14h. Le reste du temps de travail étant aménagé de manière flexible selon les besoins exprimés par le salarié, en accord avec l’entreprise.

A lire aussi

hollywood-netflix

Comment Netflix veut s’imposer à Hollywood

Le groupe Internet, spécialisé dans la SVOD, vient de débaucher Scott Stuber (co-président d’Universal Pictures) producteur de Ted (et de Ted 2), et qui ne fut pas pour rien dans le succès de la franchise Fast & Furious). Mais pour Netflix, la route vers Hollywood est encore longue et sème d’embuches.

silicon-valley

#Emploi / Pour de plus en plus d’ingénieurs de la Silicon Valley « ailleurs, l’herbe est plus verte »

Un nombre croissant d’ingénieurs et d’employés de la high-tech et de l’économie Internet décident de tenter leur chance loin de la Silicon Valley, devenue LA région la plus chère des Etats-Unis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.