En continu
Accueil / Innovation / Start-Up / Starship, le robot livreur de pizza

Starship, le robot livreur de pizza

Développé par Starship Technologies une startup estonienne créée par Ahti Heinla et Janus Friis, deux des co-fondateurs du logiciel de téléphonie sur IP Skype, ce robot, déjà déployé aux Etats-Unis et dans plus de quarante villes européennes, est appelé à remplacer (à terme) les livreurs de plats cuisinés qui parcourent aujourd’hui nos villes à vélo ou en scooter.

 

La déshumanisation du monde va bon train. Alors même qu’aux Etats-Unis, le groupe Internet Uber teste déjà des voitures sans chauffeur, on apprend maintenant que des flottes de robots sont en passe de remplacer les livreurs de plats cuisinés et autres coursiers qui depuis quelques années s’activent (parfois au péril de leurs vies) sur leurs vélos ou sur leurs scooters, pour nous livrer en temps et en heure.

Le coupable a un nom, Starship, comme Starship Technologies une startup estonienne créée par Ahti Heinla et Janus Friis, deux des co-fondateurs du logiciel de téléphonie sur IP Skype.

robot-de-livraison-starship-technologies

Déjà déployé dans une quarantaine de villes en Europe (dont Londres, Düsseldorf, Bern et Hambourg), ainsi qu’aux Etats-Unis, à Redwood City (Californie) et Washington D.C, Starship est un robot à six roues, équipé d’un microphone, d’un haut-parleur, et de neuf caméras.

Il est destiné à faciliter la logistique du “dernier kilomètre”, en clair, l’idée est de lui confier des courses sur de petites distances. En Grande-Bretagne où Starship est utilisé par les services de livraison de repas Just Eat (Allo Resto en France) et Pronto, le robot prend en charge sa commande et l’achemine à destination (tout en étant dirigé à distance par un humain).

Le client final peut réceptionner son repas grâce à un code de sécurité qui lui est fourni via une application mobile. En l’état actuel des choses, un humain peut prendre en charge et diriger une centaine de robots.

Starship Technologies estime que sur Londres le coût moyen d’une livraison susceptible d’être prise en charge par ses robots est aujourd’hui de 12£, un coût que la startup estonienne promet (aux partenaires qui choisiront sa solution) de faire passer à 1£.

A lire aussi

Expresso NewZilla.NET #20 / Vendredi 17 février 2017

L’écho du Net en quelques historiettes, petites phrases et citations sur NewZilla.NET. Aujourd’hui au menu, Periscope, …

Uber-Brésil-SaoPaulo

Pour la justice brésilienne, un chauffeur de VTC Uber est un salarié comme un autre

Un juge brésilien Judge Marcio Toledo Gonçalves a condamné lundi 13 février 2017 Uber à verser 30 000 reais (l'équivalent de 9 400 euros) à l'un de ses chauffeurs VTC, considéré comme un salarié comme un autre, au titre des heures supplémentaires et pour couvrir d'autres frais (congés payés...). Uber a annoncé son intention de faire appel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.