Accueil / NewZilla.NET / #PenelopeGate / Sur Twitter, la com’ de François Fillon « bots » en touche

#PenelopeGate / Sur Twitter, la com’ de François Fillon « bots » en touche

Pour assurer la défense du candidat « Les Républicains » à l’élection présidentielle aujourd’hui empêtré dans une affaire d’emplois supposés fictifs de son épouse, les équipes de communication et les partisans de François Fillon ont lancé un hashtag (un sujet de conversation) sur le réseau social Twitter, baptisé #Stopchasseàl’homme.

 

C’était en 2012, à cette époque, en pleine bataille pour la présidence de l’UMP, une bataille politique qu’il menait alors contre un certain Jean-François Copé, François Fillon, qui dans la classe politique n’est pas le dernier des technophiles, s’emportait contre les sondages truqués diffusés par des « bots » sur Internet.

Aujourd’hui, pour défendre et tenter de sauver leur champion, les partisans de l’ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy viennent de lancer sur Twitter un hashtag#Stopchasseàl’homme.

Fillon-bots-Twitter

Un thème qu’ils essayent d’imposer grossièrement en « Trending topics » (les sujets dont on par le plus sur le réseau social) en utilisant des dizaines de bots (c’est-à-dire de faux comptes Twitter), repéré par @valgraff (Valentin Graff, journaliste à Libération et à France24).

Des bots diffusant tous le même message « A travers @FrancoisFillon, les tenants de l’immobilise (sic) veulent empêcher l’alternance politique#Stopchasseàl’homme », faute de frappe à l’appui. Pathétique.

A lire aussi

twitter-Verified

Twitter suspend la certification des comptes de ses utilisateurs

Après une énième controverse, le réseau social reconnait que sa procédure de certification et d'authentification des comptes de ses utilisateurs ne fonctionne pas et qu'à tout le moins elle a été dévoyée de ses objectifs d'origine.

Twitter-Russie-Russia

Twitter accepte de stocker en Russie les données personnelles de ses utilisateurs russes

Pour éviter d’être mis hors-jeu sur le marché russe et/ou de risquer une (toujours très dommageable) coupure de son service, le groupe Internet américain a choisi de se conformer à la législation russe qui, depuis 2015, oblige tout prestataire à stocker les données personnelles de ses utilisateurs russes sur un serveur informatique situé le territoire russe, et dont l'emplacement doit être transmis aux autorités locales.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.