Accueil / NewZilla.NET / #Blog / La chute de la maison Medium

#Blog / La chute de la maison Medium

Lancée en 2011 par l’un des co-fondateurs de Twitter, Ev Williams, la plate-forme de blogs dite de « qualité » a levé 132 millions de dollars auprès de Google Ventures, Andreessen Horowitz, Greylock ou Spark Capital, avant de licencier au début du mois de janvier 2017 un tiers de ses collaborateurs.

 

Medium fait des bulles. Si officiellement, l’heure est au changement de modèle économique, dans la Silicon Valley, certains observateurs n’hésitent plus à penser que la plate-forme de blog « de qualité » ne serait plus qu’un bateau ivre de la vanité de son fondateur, Ev Williams.

En 2011, Ev Williams a eu une idée (ou plutôt une vision), le créateur de Blogger, revendu en 2003 à Google (apparemment pour une vingtaine de millions de dollars), celui qui fonda en 2006, avec le succès que l’on sait aujourd’hui, la plate-forme de micro-blogging devenu réseau social, Twitter, voulait ni plus ni moins contribuer à réinventer le journalisme en créant un nouveau modèle de diffusion de contenus, basé sur la profondeur, l’originalité et la qualité.

Medium-blogCertes, le saut technologique n’était pas très grand, mais avec l’aide de quelques bons développeurs et spécialistes en UX Design, la vision d’Ev Williams déboucha sur la création d’une plate-forme élégante, Medium.

Dans un premier temps, la formule fit illusion.

On était séduit par le format, et si l’on faisait abstraction de l’assurance et de l’arrogance d’un projet dont le seul positionnement marketing consistait à se différencier en tentant de reléguer le reste de la production éditoriale de l’époque, à commencer par les blogs, dans les bas-fonds du Web, Medium était plutôt un outil séduisant.

Comme elles s’étaient penchées sur le berceau de Twitter, les bonnes fées de la Silicon Valley accompagnèrent les premiers pas de Medium, en lui octroyant plus de 130 millions de dollars de levées de fonds.

Interrogé par le site Business Insider, un ancien employé décrit aujourd’hui son emploi dans la start-up comme « un job de rêve ». Mais à l’instar de ce qu’il avait fait avec Blogger puis avec Twitter, la rentabilité financière de Medium ne semblait pas non plus extrêmement préoccuper son fondateur Ev Williams.

Publicité qualitative

Il est d’ailleurs permis de s’interroger sur un système économique, celui qui prévaut aujourd’hui encore pour partie dans la Silicon Valley, où l’on attribue le qualificatif d’entrepreneur à des créateurs de start-up qui jouent avec des millions de dollars, parfois tombés du ciel, et dont personne ne s’interroge sérieusement sur la réelle provenance.

Des créateurs, qui n’ont le plus souvent au mieux comme objectif que de revendre leur start-up (avant qu’elle ne coule) à un grand groupe Internet dont les investisseurs historiques se trouvent être (coïncidence) les mêmes que les siens.

Mais revenons à Medium, une plate-forme « de qualité » ne pouvant se positionner que sur un modèle économique « de qualité », Medium choisit donc dans un premier temps de lancer en 2016 ses propres formats publicitaires et de posts sponsorisés pour se placer en toute cohérence sur le segment de la publicité qualitative.

Nouvelle formule

Mais çà, c’était avant, avant la nouvelle vision qui frappa Ev Williams au seuil de l’année 2017, dans un post titré « Réorienter Medium » et publié le 4 janvier dernier, l’entrepreneur, explique qu’à ses yeux le modèle publicitaire est aujourd’hui « cassé » (c’est sans doute là toute la différence entre l’année 2016 et les premiers jours de l’année 2017).

Il annonce donc que Medium (60 millions de visiteurs uniques par mois et 7,5 millions de posts mis en ligne en 2016) est contraint de faire de nouveau évoluer son modèle économique et que la plate-forme de contenus « de qualité » lancera prochainement une formule par abonnement.

Et, « last but not least », dans son post Ev Williams annonce également la fermeture des bureaux de New York et de Washington D.C de Medium et le licenciement d’une cinquantaine de collaborateurs (un tiers des effectifs de la start-up) dont certains n’avaient avant la parution dudit post d’Ev Williams, pas même été prévenus de la suppression de leur « job de rêve »

A lire aussi

Snatap

Après les usines à (faux) clics, Snatap, la machine à (faux) “likes” (VIDEO)

Snatap, une société russe, affirme avoir installé dans des centres commerciaux situés en Allemagne, en Russie, en Pologne et en République tchèque, une machine à “likes” grâce à laquelle chacun peut s’acheter à vil prix une popularité on ne peut plus virtuelle sur Facebook ou sur Instagram.

Brave-Browser-BAT-cryptocurrency-blockchain

Le navigateur anti-pub Brave lève 35 millions de dollars en 30 secondes

Comment lever 35 millions de dollars en 30 secondes? En proposant aux investisseurs un projet plus que séduisant, mais peut-être surtout en créant sa propre monnaie virtuelle! Explications.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.