Accueil / Droit / Le Parlement adopte définitivement le délit d’entrave numérique à l’IVG

Le Parlement adopte définitivement le délit d’entrave numérique à l’IVG

La mesure a été votée à main levée à l’Assemblée nationale. Les députés LR dénoncent « une atteinte à la liberté d’expression » et vont déposer un recours devant le Conseil constitutionnel.

 

 

Les députés (groupe de Gauche + une majorité de parlementaires UDI) ont adopté à main levée jeudi 16 février 2017, une proposition de loi sur le délit d’entrave numérique à l’IVG.

En plein débat sur les « fake news » ce texte vise à pénaliser (2 ans de prison et 30 000 euros d’amende) les sites de désinformation qui avancent masqués et qui cherchent « dans un but dissuasif (…) à induire intentionnellement en erreur » des femmes s’informant sur l’avortement, ses risques, et ses conséquences.

hemicycle-IVG-avortement-Assemblee-nationale

Selon la ministre des Familles, de l’Enfance, et des Droits des femmes, Laurence Rossignol « les adversaires du contrôle des naissances avancent masqués, dissimulés derrière des plates-formes qui imitent les sites institutionnels ou des numéros verts d’apparence officielle. » Pour la ministre, « les militants anti-IVG resteront libres d’exprimer leur hostilité à l’avortement. A condition de dire sincèrement qui ils sont, ce qu’ils font et ce qu’ils veulent. »

Du côté des parlementaires Les Républicains, on dénonce une « atteinte à a liberté d’expression » et on annonce le dépôt prochain d’un recours devant le Conseil constitutionnel.

Par ailleurs, l’association  « anti-avortement » Alliance Vita a annoncé dans le même temps qu’elle allait déposer une requête devant le tribunal administratif de Paris contre la plate-forme d’information gouvernementale sur l’IVG, qui selon elle « ne constitue pas une source d’information fiable sur l’avortement ».

A lire aussi

Expresso NewZilla.NET #22 / Samedi 4 mars 2017

L’écho du Net en quelques historiettes, petites phrases et citations sur NewZilla.NET. Aujourd’hui au menu: Airbnb, Facebook, de l'information "consommateurs" et de la lutte contre l'industrie pornographique.

Revenge

Le “revenge porn”, ou vengeance pornographique, bientôt passible de 2 ans de prison

Les députés ont tranché. L’Assemblée nationale a adopté jeudi 21 janvier 2016 un amendement au projet de loi “pour une République numérique”. Ce texte prévoit que le "revenge porn", ou "vengeance pornographique", devrait bientôt être passible de deux ans de prison et de 60.000 euros d'amende.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.