Accueil / Données personnelles / La presse craint une pénurie de cookies

La presse craint une pénurie de cookies

Une trentaine d’éditeurs de presse adressent une lettre ouverte au Parlement européen et au Conseil de l’UE, demandant la révision d’un projet de règlement sur les données personnelles qu’ils considèrent dangereux pour le “modèle-économique-de-la-presse-en-ligne”, c’est-à-dire pour les revenus publicitaires de la presse sur Internet.

 

C’est l’histoire d’un projet de règlement qui ne passe pas. Au niveau européen le règlement et la directive sont deux types d’actes juridiques de première importance.

Or, les autorités européennes planchent actuellement sur un projet de règlement sur les données personnelles qui serait appelé à remplacer l’actuelle directive ePrivacy.

Ce texte déplait très fortement à certains éditeurs de presse (en ligne) en ce qu’il prévoit, en l’état, de proposer à chaque internaute la possibilité de décider, dès sa première connexion via un navigateur Internet,  du niveau de protection qu’il souhaite pour l’ensemble des sites qu’il visitera par la suite. Et non plus site par site comme c’est aujourd’hui le cas…

Pourquoi ce texte déplait-il autant aux éditeurs de presse en ligne, parce qu’en offrant à l’internaute la possibilité de décider, dès sa première connexion, du niveau de protection qu’il souhaite pour l’ensemble des sites qu’il visitera par la suite, ce projet de règlement transfert de facto la maîtrise des “cookies” (ce petit fichier texte au format alphanumérique déposé sur le disque dur de l’internaute par le serveur du site visité ou par un serveur tiers (régie publicitaire, service de web analytique, etc.) aux éditeurs non de presse (en ligne) mais de navigateurs Internet, que sont notamment Microsoft et Google pour ne pas les nommer.

Internet-browser-cookies-donnees-personnelles

« En privant les éditeurs de presse de proposer des publicités ciblées à leurs lecteurs, la nouvelle version d’ePrivacy favorise la réorientation des annonceurs publicitaires de la presse vers les plateformes numériques dominantes, et diminue donc l’investissement possible dans le journalisme de qualité », indiquent, dans une lettre ouverte parue lundi 29 mai 2017, 33 éditeurs, dont Le Figaro, Les Échos, Le Monde, Libération ou Le Parisien.

Informer les lecteurs

Toujours selon eux, le projet de règlement « prive les éditeurs de presse de la capacité d’informer chacun des lecteurs sur les raisons pour lesquelles leur consentement est sollicité, d’expliquer les avantages de contenus journalistiques et marketing personnalisés, et de rappeler l’importance de l’abonnement et de la publicité dans le modèle économique d’une presse de qualité ».

Les lecteurs, internautes, de certaines de ses publications apprécieront très certainement ces propos pour ce qu’ils sont. A noter, aux dernières nouvelles, Mediapart ne serait, et pour cause, pas signataire de cette lettre ouverte.

A lire aussi

uber-otto-waymo-google

Google réclame 1,8 milliard de dollars à Uber pour violation de brevet

Nouvelles accusations formulées à l'encontre d'Uber. Cette fois-ci, c'est Google qui monte au créneau par l'intermédiaire de Waymo, sa filiale dédiée au développement de voitures autonomes. Google soupçonne Uber d'avoir tiré profit d'un vol "calculé" de secret industriel au centre duquel se trouverait un certain Anthony Levandowski. Cet ancien ingénieur vedette du projet Google Car est accusé d'avoir dérobé près de 14 000 dossiers confidentiels lors de son départ de Google au début de l'année 2016.

artificial-intelligence-intelligence-artificielle

NewZilla.NET #4 / Samedi 9 septembre 2017

Chaque semaine NewZilla.NET vous propose une sélection des meilleurs articles (et citations) parus en ligne. Cette semaine: Silicon Valley, Google, Blockchain, Crypto-monnaie, Intelligence artificielle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.