En continu
Accueil / Facebook / Facebook, le péril jeune

Facebook, le péril jeune

Selon une étude publiée par le cabinet eMarketer les 12-17 ans et les 18-24 ans délaissent massivement Facebook pour Instagram et Snapchat qui pourrait même devenir dès la fin de l’année 2017 le réseau social le plus utilisé par les 12-24 ans. 

 

Déjà brièvement entrevu il y a quelques années le « péril jeune », à savoir l’exode des plus jeunes internautes et mobinautes vers des concurrents du réseau social, revient hanter Facebook.

Selon une étude publiée par le cabinet eMarketer, cette année, sur le seul marché américain (l’étude se penche également sur la situation au Royaume-Uni), le nombre d’utilisateurs de Facebook sur la tranche 12-17 ans devrait diminuer de 3,4%. Un phénomène de tassement tout aussi spectaculaire étant observable chez les 18-24 ans.

snapchat-instagram-facebook

La bonne nouvelle pour Facebook? Ces utilisateurs migrent, en partie, sur un autre réseau social, Instagram (propriété de Facebook). Mais si cette population délaisse Facebook, c’est aussi pour se jeter dans les bras de Snapchat. Snapchat ayant en commun avec Instagram le fait d’être basé sur une communication prioritairement visuelle qui plait aux plus jeunes.

Dès la fin de l’année 2017, Snapchat qui devrait voir dans les mois qui viennent son audience progresser de 19,2% auprès des 18-24 ans et de 8,8% chez les 12-17 ans pourrait ainsi devenir le réseau social le plus utilisé par les 12-24 ans.

A lire aussi

smartphone-classe-classroom-education

Une étude universitaire fait le lien entre l’utilisation du smartphone en classe et la baisse des résultats scolaires

Selon une étude menée par les universités belges de Gand et d’Anvers, il existe un lien direct entre l’utilisation du smartphone en cours et la baisse de niveau des résultats scolaires.

Andy-Brigitte-Chatelet-Les-Halles-Paris

Andy, 22 ans, mort sur Snapchat à la station RER Châtelet-Les Halles à Paris

Andy Brigitte avait 22 ans. Il a été poignardé à mort vendredi 12 janvier 2018, à Paris, à la station RER Châtelet-Les Halles, sous les yeux de plusieurs dizaines de personnes qui, loin de lui porter secours, l’ont regardé mourir, filmant la scène avec leur téléphone mobile et postant la séquence sur Snapchat ou sur YouTube. Effroyable et glaçant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.