Accueil / NewZilla.NET / Quand Google fait la chasse aux filigranes (VIDEO)

Quand Google fait la chasse aux filigranes (VIDEO)

Grâce à l’intelligence artificielle, le groupe Internet a développé un algorithme de retouche automatisée des images pour supprimer les watermarks (ou filigranes) un type d’empreinte placée en superposition ou par insertion sur un document photographique pour en assurer l’authentification et éviter autant que faire se peut le détournement de propriété intellectuelle.

 

Mais Shutterstock, l’un des principaux acteurs sur le marché des banques d’images, a déjà trouvé la parade pour contourner le nouvel algorithme de Google.

Pour contrer Google, les ingénieurs de Shutterstock ont mis au point une technologie de « watermarking » dynamique et « intelligente ». Celle-ci intègre à chaque watermark (ou filigrane en bon Français) des micro-modifications qui en en faisant un élément unique et non plus standard empêche leur suppression par un programme de retouche automatisée comme celui mis au point par Google.

watermark-google

L’idée est désormais de proposer des watermarks (filigranes) plus discrets à taille aléatoire et intégrant chaque fois le nom du créateur de l’image en question.

Ces dernières modifications seraient plutôt du goût de Google qui voyait jusqu’à présent dans les watermarks en circulation un frein majeur à l’expérience utilisateur sur Google Images.

 

A lire aussi

NewZilla.NET Week-End #3 / 18 novembre 2017

Echos du Net, levées de fonds, petites phrases, tout ce qu'il ne fallait pas manquer (ou presque) cette semaine sur NewZilla.NET. Aujourd'hui au menu : Harry Potter, Xavier Niel, Projet Loon, Wiil.i.am, Orange Bank.

uber-otto-waymo-google

Google réclame 1,8 milliard de dollars à Uber pour violation de brevet

Nouvelles accusations formulées à l'encontre d'Uber. Cette fois-ci, c'est Google qui monte au créneau par l'intermédiaire de Waymo, sa filiale dédiée au développement de voitures autonomes. Google soupçonne Uber d'avoir tiré profit d'un vol "calculé" de secret industriel au centre duquel se trouverait un certain Anthony Levandowski. Cet ancien ingénieur vedette du projet Google Car est accusé d'avoir dérobé près de 14 000 dossiers confidentiels lors de son départ de Google au début de l'année 2016.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.