Accueil / NewZilla.NET / Paradise Papers / Comment l’argent du Kremlin inonde la Silicon Valley

Paradise Papers / Comment l’argent du Kremlin inonde la Silicon Valley

Les informations révélées, dimanche 5 novembre 2017, dans le cadre des « Paradise Papers » (une grande enquête menée par le « Consortium international des journalistes d’investigation » (ICIJ), sur la base de millions de documents provenant pour partie du cabinet d’avocats Appleby-Estera, permettent de confirmer ce dont l’on se doutait déjà, à savoir que des proches du président russe, Vladimir Poutine, ont utilisé DST Global, le fonds d’investissement contrôlé par le milliardaire russe Youri Milner pour faire leur marché dans la Silicon Valley et réaliser de très confortables plus-values. 

 

Aujourd’hui âgé de 55 ans, Youri Milner, est devenu l’unes des figures incontournables de la Silicon Valley. Il faut dire que cet investisseur russe aujourd’hui milliardaire, aux allures de play-boy (très « Silicon Valley compatible »), sorti de (presque) nulle part*, et apparu sur les écrans radars de l’économie Internet au milieu des années 2000, a eu ce qu’il est de coutume d’appeler…« du nez en affaires ».

L’un de ses premiers gros coups? S’engager à investir en mai 2009 (à une époque la santé financière du réseau social était encore des plus précaires) plusieurs centaines de millions de dollars dans Facebook, via sa structure de l’époque Digital Sky Technology.

Des centaines de millions de dollars, qui comme le soulignait le New York Times en 2012 se sont transformés en milliards de dollars à l’occasion de l’introduction en bourse du réseau social co-fondé par Mark Zuckerberg.

Milner-Zuckerberg
Youri Milner et Mark Zuckerberg

Or, aujourd’hui, les informations révélées dans le cadre des « Paradise Papers », grande enquête menée par le « Consortium international des journalistes d’investigation » (ICIJ) viennent confirmer ce que l’on pouvait subodorer, à savoir que les fonds investis par Youri Milner ne provenaient pas de son compte épargne logement, mais en l’espèce pour partie de Gazprom Investholding.

Proches du Kremlin

Cette structure fut gérée pendant plus de 10 ans par Alicher Ousmanov (un milliardaire russe d’origine ouzbeck, moins « Silicon Valley compatible » que son partenaire d’affaires Youri Milner) et proche de Vladimir Poutine (Cf. NewZilla.NET du 30 avril 2013).

Interrogé sur le rôle de Gazprom Investholding, Youri Milner a assuré, le plus sérieusement du monde, qu’il ne savait rien des liens entre la filiale de Gazprom (géant du secteur de l’énergie en Russie) et DST Global avant que le « Consortium international des journalistes d’investigation » (ICIJ) ne lui pose la question indique le journal Le Monde.

Yuri-milner-alisher-usmanov-paradise-papers
Youri Milner et Alisher Ousmanov

Par ailleurs, les « Paradise Papers » révèlent également que VTB, la deuxième plus grosse banque de Russie, dont le président Andreï Kostin est lui aussi – coïncidence – un proche de Vladimir Poutine, a discrètement investi en 2011, 191 millions de dollars dans Twitter, toujours via DST Global, le fonds d’investissement de Youri Milner.

A ce jour, toujours très inspirés, Youri Milner et son fonds DST Global ont également investi des centaines de millions de dollars dans Airbnb, Spotify, Deliveroo, Box, Xiaomi, Lending Club ou bien encore Alibaba.

  • L’homme a étudié à l’université de Moscou, à la Wharton Business School, avant de travailler à la Banque mondiale, puis à la Banque Menatep, le sulfureux établissement fondé par l’oligarque russe et ennemi déclaré de Vladimir Poutine, Mikhail Khodorkovski.

A lire aussi

accomable-founder-Srin Madipalli

Airbnb rachète Accomable pour mieux accueillir les personnes handicapées

Le groupe Internet entend étoffer son offre en matière d’accessibilité. Airbnb prend le contrôle d’Accomable, une startup fondée à Londres en 2015 qui propose aujourd’hui à la location 1100 appartements et maisons dans une soixantaine de pays.

revenge-porn-facebook

L’idée saugrenue de Facebook pour lutter contre le “revenge porn”

Pour tenter d’endiguer cette pratique qui consiste à diffuser en ligne des photos intimes de personnes sans leur consentement, Facebook propose au internautes de leur envoyer au préalable certaines de leurs photos intimes pour pouvoir en bloquer plus facilement la diffusion sur le réseau social.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.