En continu
Accueil / NewZilla.NET / Un des principaux actionnaires de Twitter arrêté en Arabie saoudite

Un des principaux actionnaires de Twitter arrêté en Arabie saoudite

Le prince Al-Walid ben Talal a été interpellé samedi 4 novembre, officiellement, dans le cadre d’un vaste coup de filet anti-corruption, lancé contre plusieurs hauts responsables et dignitaires du pays. 

 

S’il ne séjourne pas encore en prison (l’homme est pour l’instant confiné dans l’une des suites du Ritz-Carlton de Ryad), l’avenir du prince Al-Walid ben Talal s’assombrit.

L’homme le plus riche du monde arabe, et qui compte parmi les 50 plus importantes fortunes du monde, a en effet été arrêté samedi 4 novembre, officiellement dans le cadre d’un vaste coup de filet anti-corruption. Une opération dans laquelle beaucoup d’observateurs voient cependant une véritable purge politique.

Bien connu dans la Silicon Valley pour ses investissements, réalisés via la Kingdom Holding Company (une structure dont il détient 95%) dans Apple et Lyft (le principal concurrent de Uber sur le sol américain), le prince Al-Walid ben Talal l’est tout autant en tant qu’actionnaire de Twitter.

Saudi-Prince-Alwaleed-bin-Talal-twitter

Depuis 2015 il serait actionnaire à 5% du réseau social, devant l’actuel P-DG et co-fondateur du groupe Internet, Jack Dorsey, ce qui ferait de facto du prince et richissime homme d’affaires saoudien le second actionnaire de Twitter (où son compte fédère 9,17 millions d’abonnés).

Pour Twitter, dont les perspectives de croissance sont aujourd’hui particulièrement incertaines, l’arrestation du prince Al-Walid ben Talal constitue donc une mauvaise nouvelle de plus car le prince pourrait pour se défaire de la situation qui est la sienne aujourd’hui être amené à se séparer d’une partie de ses investissements.

NewZilla.NET a besoin de vous

Depuis 2010, NewZilla.NET est fidèle à sa promesse originelle et à un concept aussi simple que nécessaire: faire respirer l’information, en particulier cette actualité liée aux « nouvelles technologies » dont la production ne cesse de s’abîmer dans une course effrénée et irréfléchie à la mise en ligne.

Depuis 2010, NewZilla.NET est fidèle à sa promesse éditoriale: publier (sans souci d’exhaustivité) ce qui nous apparaît comme étant pertinent, vous fournir – avec les modestes moyens qui sont les nôtres – une information fiable, une information sourcée, une information qui tourne le dos aux supputations, à la rumeur et aux effets d’annonce.

Et depuis 2010, vous êtes au rendez-vous.

Comme vous le savez peut-être, NewZilla.NET est un site d’information indépendant. NewZilla.NET n’est pas une agence de communication déguisée en site d’information, NewZilla.NET n’appartient ni à un grand groupe média, ni à un opérateur télécom.

  1. NewZilla.NET, et c’est une question de principe, ne touche aucun argent public.
  2. NewZilla.NET n’est pas financé par le « Fonds Google pour l’innovation numérique de la presse ».
  3. NewZilla.NET ne dispose pas d’un carnet d’adresses qui lui permette en un claquement de doigts de réaliser une levée de fonds de plusieurs millions d’euros pour s’assurer (en toute dépendance) un avenir, en se détournant de toute notion d’équilibre et de rentabilité financière.
  4. NewZilla.NET n’achète pas de faux « likes » ou de faux « fans » sur Facebook, de faux « followers » sur Twitter, ou de faux « abonnés » sur Instagram pour « booster » artificiellement sa popularité sur les réseaux sociaux. 
  5. NewZilla.NET n’utilise pas de « bots » sur Twitter, ces faux comptes qui relaient automatiquement un article dès sa publication.
  6. NewZilla.NET ne fait pas non plus travailler ses rédacteurs bénévolement et/ou pour la gloire de pouvoir signer un papier.
  7. NewZilla.NET ne base pas la publication de ses articles et le choix des sujets traités sur un algorithme qui s’emploie studieusement à prédire ce qui fera de l’audience et ce qui n’en fera pas.
  8. NewZilla.NET n’exploite pas un bataillon de stagiaires chargé(e)s de rédiger entre 5 à 10 articles par jour pour une « gratification » de quelques centaines d’euros par mois.
  9. NewZilla.NET a fait le choix de ne pas délocaliser sa production éditoriale à l’autre bout du monde, certes à moindres coûts, mais sans aucune garantie de qualité. 

Voilà, la liste est un peu longue, mais ce sont des éléments qui, nous le croyons, méritaient d’être précisés en toute transparence.

Pour toutes ces raisons, pour continuer à produire une information de qualité et parce que nous tenons à conserver cette intégrité et cette liberté de ton éditoriale qui font que vous prenez aujourd’hui, nous l’espérons, plaisir à nous lire, NewZilla.NET a besoin de vous et de votre soutien.

NewZilla.NET a besoin de vous en tant que lecteur, NewZilla.NET a besoin de vous en tant que citoyen, NewZilla.NET a besoin de vous en tant que garant du pluralisme de l’information.

Alors « MERCI » ! Merci à vous pour votre fidélité, et merci à vous pour votre soutien à NewZilla.NET.

Votre fidélité et votre soutien nous obligent.





 

A lire aussi

ouganda-uganda-afrique-africa-internet-reaux-sociaux-social-network-twitter-facebook

L’Ouganda veut développer ses propres versions de Twitter et de Facebook

Pour mieux contrôler ce que dit sa population.

NewZilla.NET Week-end #16 / 13 janvier 2018

Echos du Net, levées de fonds, petites phrases, tout ce qu'il ne fallait pas manquer (ou presque) cette semaine sur NewZilla.NET. Aujourd'hui au menu : Bpifrance, biotech, Apple, Sodexo, FoodChéri.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.