Accueil / Airbnb / Quand la mafia russe blanchit son argent sur Airbnb

Quand la mafia russe blanchit son argent sur Airbnb

Selon le site américain The Daily Beast, des cyber-criminels et des scammers russes utiliseraient la plate-forme Internet pour blanchir de l’argent sale avec la complicité de certains hôtes. Une pratique difficile à déceler pour Airbnb.

 

Après les sites de e-commerce et les services de transfert d’argent, la mafia russe a semble-t-il trouvé avec Airbnb une nouvelle façon de blanchir son argent.

Selon une enquête menée par le site américain The Daily Beast, les cyber-criminels et les scammers russes recrutent désormais sur des forums spécialisés.

Pour blanchir des fonds provenant de cartes de crédit volées, un peu de débrouillardise, de créativité, et bien évidemment un ordinateur, suffirait à l’affaire. Et toutes les occasions sont bonnes à prendre.

The Daily Beast a ainsi pu consulter sur des forums spécialisés plusieurs posts, très explicitement rédigés, où des cyber-criminels indiquent qu’ils cherchent des “hôtes”, c’est-à-dire des loueurs de maisons ou d’appartements pour tirer partie au maximum des facilités offertes par un service comme Airbnb.

Location fantôme

Le principe est simple, et repose paradoxalement sur la confiance. Les scammers font une réservation à un hôte, préalablement identifié, proposant un hébergement sur Airbnb.

Les fonds sont versés, l’hôte conserve un pourcentage de la somme versée (qui peut aller parfois jusqu’à 50%) et reverse le reste des fonds aux commanditaires de l’opération. Et au final, le bien supposément loué n’est qu’une façade et n’est à aucun moment occupé.

airbnb-mafia-russe-scammers

Pour que l’opération puisse se dérouler sans anicroche et échappe à la surveillance anti-fraude d’Airbnb, encore faut-il avoir le souci du moindre détail et ne pas, par exemple, oublier de noter son hôte et de préparer le petit storytelling qui va bien.

Un procédé qui  pourra le cas échéant soit attirer de vrais voyageurs soit, en utilisant un langage codé, indiquer aux cyber-criminels en phase de recrutement que cet hôte est digne de confiance.

Intelligence artificielle

De son côté, interrogé par The Daily Beast, Airbnb (qui depuis le printemps dernier dirige ses activités russes depuis Berlin et qui ne saurait en aucune circonstance être tenu responsable de ce type de méfaits), indique faire de son mieux pour lutter contre la fraude.

Y compris en ayant recours à des systèmes de détection basés sur du “machine learning” et de l’analyse prédictive, c’est-à-dire sur de l’intelligence artificielle.

A lire aussi

payoneer-mastercard-airbnb

Airbnb ne proposera plus en France sa carte de crédit polémique

Le groupe Internet a accepté lundi 11 décembre, sous la pression exercée par le ministère de l’Economie et des Finances, de ne plus proposer à ses hôtes en France, la carte Payoneer. Cette carte de crédit, émise depuis Gibraltar, était soupçonnée d’être utilisée à des fins d’optimisation voire évasion fiscale.

paris-airbnb

A Paris, depuis le 1er décembre 2017, les loueurs Airbnb doivent enregistrer leur logement en mairie

Si vous avez mis en location un bien (appartement ou maison) sur Airbnb, ou sur l'une des plateformes concurrentes (comme Abritel, Homelidays ou Handivoyage...) du groupe Internet, il est temps de vérifier si vous êtes, ou non, en conformité avec la loi. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.