En continu
Accueil / NewZilla.NET / NewZilla.NET Week-End #7 / 2 décembre 2017

NewZilla.NET Week-End #7 / 2 décembre 2017

Echos du Net, levées de fonds, petites phrases, tout ce qu’il ne fallait pas manquer (ou presque) cette semaine sur NewZilla.NET. Aujourd’hui au menu : Doctolib, WordPress, Ethereum, ICO, Darknet.

 

35 MILLIONS D’EUROS / C’est le montant du nouveau tour de table que vient de réaliser la startup Doctolib auprès de bpifrance (la banque publique d’investissement ) et Eurazeo. Pour cette startup présente en France et en Allemagne, et spécialisée dans la prise de rendez-vous médicaux en ligne, il s’agit du cinquième tour de table. Doctolib disposerait désormais de 30 000 professionnels de santé inscrits sur sa plateforme, de partenariats avec 800 établissements de santé  (hôpitaux publics, cliniques privées et centres de santé) et d’une confortable audience de 12 millions de visiteurs sur ses sites français et allemands chaque mois. Depuis sa création en octobre 2013 Doctolib a levé plus de 96 millions de dollars.

52 000 / C’est le nombre d’extensions disponibles sous WordPress, pour que vous puissiez au mieux personnaliser votre site Internet.

500 DOLLARS / C’est le cours atteint pour la première fois, porté par l’engouement irrationnel qui prévaut aujourd’hui autour du bitcoin, par une autre monnaie virtuelle, l’Ethéreum. Soit une augmentation de sa valeur de 5000% en un an. (source Bitcoinist.com)

 3,6 MILLIARDS DE DOLLARS / C’est le montant des fonds investis depuis le début de l’année 2017 dans des opérations d’ICO (Initial Coin Offering), une méthode de levée de fonds, fonctionnant via l’émission d’actifs numériques échangeables contre des crypto-monnaies durant la phase de démarrage d’un projet. (source Coinschedule.com).

 350 000 euros / C’est la somme qu’a réussi à gagner un (tout) jeune escroc, étudiant en mathématique et adepte du darknet. Particulièrement doué en informatique, Adam (aujourd’hui mis en examen, notamment pour « escroquerie » et « usage de faux documents ») est suspecté d’avoir eu accès au darknet afin d’y acheter des kits de faux documents administratifs. Une fois en possession de ces papiers d’identité falsifiés, le jeune escroc présumé multipliait les ouvertures de comptes bancaires auprès d’établissements en ligne. « Il récupérait ensuite des moyens de paiement avant de se livrer à une razzia de matériel informatique et de téléphones portables dernier cri sur Internet, confie une source proche de l’affaire. Il revendait la plupart de ces produits acquis frauduleusement, toujours sur le Net. » (source LePoint.fr).

NewZilla.NET a besoin de vous

Depuis 2010, NewZilla.NET est fidèle à sa promesse originelle et à un concept aussi simple que nécessaire: faire respirer l’information, en particulier cette actualité liée aux « nouvelles technologies » dont la production ne cesse de s’abîmer dans une course effrénée et irréfléchie à la mise en ligne.

Depuis 2010, NewZilla.NET est fidèle à sa promesse éditoriale: publier (sans souci d’exhaustivité) ce qui nous apparaît comme étant pertinent, vous fournir – avec les modestes moyens qui sont les nôtres – une information fiable, une information sourcée, une information qui tourne le dos aux supputations, à la rumeur et aux effets d’annonce.

Et depuis 2010, vous êtes au rendez-vous.

Comme vous le savez peut-être, NewZilla.NET est un site d’information indépendant. NewZilla.NET n’est pas une agence de communication déguisée en site d’information, NewZilla.NET n’appartient ni à un grand groupe média, ni à un opérateur télécom.

  1. NewZilla.NET, et c’est une question de principe, ne touche aucun argent public.
  2. NewZilla.NET n’est pas financé par le « Fonds Google pour l’innovation numérique de la presse ».
  3. NewZilla.NET ne dispose pas d’un carnet d’adresses qui lui permette en un claquement de doigts de réaliser une levée de fonds de plusieurs millions d’euros pour s’assurer (en toute dépendance) un avenir, en se détournant de toute notion d’équilibre et de rentabilité financière.
  4. NewZilla.NET n’achète pas de faux « likes » ou de faux « fans » sur Facebook, de faux « followers » sur Twitter, ou de faux « abonnés » sur Instagram pour « booster » artificiellement sa popularité sur les réseaux sociaux. 
  5. NewZilla.NET n’utilise pas de « bots » sur Twitter, ces faux comptes qui relaient automatiquement un article dès sa publication.
  6. NewZilla.NET ne fait pas non plus travailler ses rédacteurs bénévolement et/ou pour la gloire de pouvoir signer un papier.
  7. NewZilla.NET ne base pas la publication de ses articles et le choix des sujets traités sur un algorithme qui s’emploie studieusement à prédire ce qui fera de l’audience et ce qui n’en fera pas.
  8. NewZilla.NET n’exploite pas un bataillon de stagiaires chargé(e)s de rédiger entre 5 à 10 articles par jour pour une « gratification » de quelques centaines d’euros par mois.
  9. NewZilla.NET a fait le choix de ne pas délocaliser sa production éditoriale à l’autre bout du monde, certes à moindres coûts, mais sans aucune garantie de qualité. 

Voilà, la liste est un peu longue, mais ce sont des éléments qui, nous le croyons, méritaient d’être précisés en toute transparence.

Pour toutes ces raisons, pour continuer à produire une information de qualité et parce que nous tenons à conserver cette intégrité et cette liberté de ton éditoriale qui font que vous prenez aujourd’hui, nous l’espérons, plaisir à nous lire, NewZilla.NET a besoin de vous et de votre soutien.

NewZilla.NET a besoin de vous en tant que lecteur, NewZilla.NET a besoin de vous en tant que citoyen, NewZilla.NET a besoin de vous en tant que garant du pluralisme de l’information.

Alors « MERCI » ! Merci à vous pour votre fidélité, et merci à vous pour votre soutien à NewZilla.NET.

Votre fidélité et votre soutien nous obligent.





 

A lire aussi

bitcoin-crypto-currency-crypto-monnaies

Crypto-monnaies, après le krach

En ce début de semaine, les cours (on ne peut plus virtuels) de la quasi-totalité des crypto-monnaies plongent de concert, alimentant la théorie que ces pseudo-devises ne sont en fait qu’une vaste escroquerie, une nouvelle pyramide de Ponzi à l’échelle planétaire.

innovation

L’Etat lance un fonds de 10 milliards d’euros pour “l’innovation de rupture”

Ce fonds sera alimenté par des cessions de participations de l‘Etat dans des entreprises.

Une réponse

  1. Encore une levée de fonds qui fait que l’écart se creuse entre Doctolib et ses concurrents. Il faut désormais se spécialiser sur la e-santé, comme le font des start-ups comme Hipok qui sécurise les échanges entre médecins, ou bien comme Oostéo qui ne travaille qu’avec des ostéopathes. La prise de rendez-vous en ligne médicale semble déjà bien trustée et pourtant, que 5% des professsionnels de santé sont encore équipés…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.