En continu
Accueil / Facebook / Facebook fait un premier pas vers plus de transparence fiscale

Facebook fait un premier pas vers plus de transparence fiscale

En 2016, le groupe Internet américain n’avait payé en France que 1,16 million d’euros d’impôts sur les bénéfices, basé sur son chiffre d’affaires déclaré (estimé à 14 fois moins que son chiffre d’affaires réellement réalisé dans l’Hexagone).

 

Toujours en 2016, au niveau mondial, Facebook avait réalisé un chiffre d’affaires global de 27,638 milliards de dollars, pour un bénéfice net annuel de 10,217 milliards de dollars, en augmentation de 177 % sur un an.

Aujourd’hui, Facebook semble opter (sans que l’on sache si la raison de ce revirement ou disons de cette « évolution » est politique, ou économique), pour une plus grande transparence voire une plus grande sincérité fiscale qui ne devrait toutefois entrer en application qu’à l’horizon 2019.

Dans un billet publié le 12 décembre 2017 sur son blog officiel, le réseau social explique de quoi il retourne : « En termes simples, cela signifie que les recettes publicitaires soutenues par nos équipes locales ne seront plus enregistrées par notre siège international à Dublin, mais seront alors enregistrées par notre société locale dans ce pays ».

Facebook

On devine aisément que Facebook ne souhaite pas se retrouver dans la situation d’un groupe comme Apple auquel la Commission européenne réclame aujourd’hui plusieurs millards d’euros (Cf. NewZilla.NET du 2 septembre 2016).

Les déclarations fiscales de Facebook devraient donc être effectuées via chaque filiale du groupe et non vers l’Irlande, comme c’est le cas actuellement.

« Nous pensons que ce transfert vers une structure de vente locale permettra plus de transparence, comme l’ont demandé les gouvernements et les législateurs à travers le monde, qui souhaitent une plus grande visibilité sur le chiffre d’affaires réalisé dans leur pays », déclare le directeur financier du groupe, Dave Wehner.

En France donc, en 2016, le groupe Internet américain n’avait payé que 1,16 million d’euros d’impôts sur les bénéfices, alors même que selon de savants calculs réalisés par BFM Business et basés sur le revenu moyen généré par utilisateurs, le réseau social aurait du, semble-t-il en payer… 80 fois plus.

NewZilla.NET a besoin de vous

Depuis 2010, NewZilla.NET est fidèle à sa promesse originelle et à un concept aussi simple que nécessaire: faire respirer l’information, en particulier cette actualité liée aux « nouvelles technologies » dont la production ne cesse de s’abîmer dans une course effrénée et irréfléchie à la mise en ligne.

Depuis 2010, NewZilla.NET est fidèle à sa promesse éditoriale: publier (sans souci d’exhaustivité) ce qui nous apparaît comme étant pertinent, vous fournir – avec les modestes moyens qui sont les nôtres – une information fiable, une information sourcée, une information qui tourne le dos aux supputations, à la rumeur et aux effets d’annonce.

Et depuis 2010, vous êtes au rendez-vous.

Comme vous le savez peut-être, NewZilla.NET est un site d’information indépendant. NewZilla.NET n’est pas une agence de communication déguisée en site d’information, NewZilla.NET n’appartient ni à un grand groupe média, ni à un opérateur télécom.

  1. NewZilla.NET, et c’est une question de principe, ne touche aucun argent public.
  2. NewZilla.NET n’est pas financé par le « Fonds Google pour l’innovation numérique de la presse ».
  3. NewZilla.NET ne dispose pas d’un carnet d’adresses qui lui permette en un claquement de doigts de réaliser une levée de fonds de plusieurs millions d’euros pour s’assurer (en toute dépendance) un avenir, en se détournant de toute notion d’équilibre et de rentabilité financière.
  4. NewZilla.NET n’achète pas de faux « likes » ou de faux « fans » sur Facebook, de faux « followers » sur Twitter, ou de faux « abonnés » sur Instagram pour « booster » artificiellement sa popularité sur les réseaux sociaux. 
  5. NewZilla.NET n’utilise pas de « bots » sur Twitter, ces faux comptes qui relaient automatiquement un article dès sa publication.
  6. NewZilla.NET ne fait pas non plus travailler ses rédacteurs bénévolement et/ou pour la gloire de pouvoir signer un papier.
  7. NewZilla.NET ne base pas la publication de ses articles et le choix des sujets traités sur un algorithme qui s’emploie studieusement à prédire ce qui fera de l’audience et ce qui n’en fera pas.
  8. NewZilla.NET n’exploite pas un bataillon de stagiaires chargé(e)s de rédiger entre 5 à 10 articles par jour pour une « gratification » de quelques centaines d’euros par mois.
  9. NewZilla.NET a fait le choix de ne pas délocaliser sa production éditoriale à l’autre bout du monde, certes à moindres coûts, mais sans aucune garantie de qualité. 

Voilà, la liste est un peu longue, mais ce sont des éléments qui, nous le croyons, méritaient d’être précisés en toute transparence.

Pour toutes ces raisons, pour continuer à produire une information de qualité et parce que nous tenons à conserver cette intégrité et cette liberté de ton éditoriale qui font que vous prenez aujourd’hui, nous l’espérons, plaisir à nous lire, NewZilla.NET a besoin de vous et de votre soutien.

NewZilla.NET a besoin de vous en tant que lecteur, NewZilla.NET a besoin de vous en tant que citoyen, NewZilla.NET a besoin de vous en tant que garant du pluralisme de l’information.

Alors « MERCI » ! Merci à vous pour votre fidélité, et merci à vous pour votre soutien à NewZilla.NET.

Votre fidélité et votre soutien nous obligent.





 

A lire aussi

yann-lecun-facebook

Yann LeCun (Facebook) s’exprime sur l’intelligence artificielle

Le directeur du laboratoire de recherche de l'intelligence artificielle de Facebook, était de passage à Paris, ce mardi 23 janvier 2018, à l'occasion de la conférence FBConnexions à la Station F. Voici quelques morceaux choisis de son intervention. 

smartphone-classe-classroom-education

Une étude universitaire fait le lien entre l’utilisation du smartphone en classe et la baisse des résultats scolaires

Selon une étude menée par les universités belges de Gand et d’Anvers, il existe un lien direct entre l’utilisation du smartphone en cours et la baisse de niveau des résultats scolaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.