En continu
Accueil / NewZilla.NET / NewZilla.NET dit « NON » à la pollution publicitaire!

NewZilla.NET dit « NON » à la pollution publicitaire!

C’est pourquoi NewZilla.NET décide de ne plus autoriser la diffusion, par des prestataires externes et de manière aléatoire, de bannières publicitaires contextuelles, d’encarts publicitaires sauvages, ou de recommandations d’articles sponsorisés, exploitant la technologie du « retargeting ».

 

Le « retargeting » est une pratique qui consiste à utiliser les données de navigation stockées dans les cookies des internautes pour diffuser des annonces publicitaires en temps réel sur les sites qu’ils visitent.

Combien de fois avez-vous déjà vu l’écran de votre smartphone se bloquer quand vous souhaitiez consulter un site d’information?

Dans le souci de toujours rendre un peu plus service à ses lecteurs, NewZilla.NET a décidé de ne plus les exposer à la pollution publicitaire que constitue la diffusion aléatoire, nuisible (et souvent incontrôlée) de ces bannières publicitaires qui envahissent nos écrans et notre quotidien.

Rassurez-vous, vous ne retrouverez pas non plus sur notre site de services de « recommandations d’articles » vous proposant de tester le dernier régime à la mode ou de visionner les accidents de chirurgie esthétique de vos stars (supposément) préférées.

Vous pourrez donc désormais faire l’économie, en ce qui concerne la consultation de NewZilla.NET, de l’activation d’un logiciel de blocage des publicités.

Et dans le même temps, vous n’aurez plus forcément à vous soucier de ce que ce type de logiciels – sous le fallacieux prétexte de vous rendre un service – fait de vos données personnelles de navigation sur Internet, ni de savoir à quelle fin celles-ci sont exploitées ou revendues.

La publicité ne disparait pas pour autant totalement de NewZilla.NET. Elle prendra désormais, en toute transparence et dans le respect du contrat de lecture que nous avons avec les internautes, la forme de contenus sponsorisés, proposés par des partenaires éditoriaux et directement sélectionnés par l’équipe de NewZilla.NET. Ces contenus seront mentionnés comme tels, comme ils l’ont toujours été sur notre site, de manière à ce qu’ils soient facilement identifiables pour ce qu’ils sont.

A toutes fins utiles et pour les prestataires, au sérieux tout relatif, qui nous proposent régulièrement d’insérer un lien vers des sites à très faible valeur ajoutée, pour essayer de tromper la vigilance des algorithmes des moteurs de recherche, qu’ils sachent que tout annonceur s’exposant sur NewZilla.NET doit le faire en toute transparence vis-à-vis des lecteurs du site, et qu’à défaut ils perdent leur temps (et le nôtre) avec ce type de sollicitations commerciales.

NewZilla.NET a besoin de vous





 

Depuis 2010, NewZilla.NET est fidèle à sa promesse originelle et à un concept aussi simple que nécessaire: faire respirer l’information, en particulier cette actualité liée aux « nouvelles technologies » dont la production ne cesse de s’abîmer dans une course effrénée et irréfléchie à la mise en ligne.

Depuis 2010, NewZilla.NET est fidèle à sa promesse éditoriale: publier (sans souci d’exhaustivité) ce qui nous apparaît comme étant pertinent, vous fournir – avec les modestes moyens qui sont les nôtres – une information fiable, une information sourcée, une information qui tourne le dos aux supputations, à la rumeur et aux effets d’annonce.

Et depuis 2010, vous êtes au rendez-vous.

Comme vous le savez peut-être, NewZilla.NET est un site d’information indépendant. NewZilla.NET n’est pas une agence de communication déguisée en site d’information, NewZilla.NET n’appartient ni à un grand groupe média, ni à un opérateur télécom.

  1. NewZilla.NET, et c’est une question de principe, ne reçoit aucune aide publique.
  2. NewZilla.NET n’est pas financé par le « Fonds Google pour l’innovation numérique de la presse ».
  3. NewZilla.NET ne dispose pas d’un carnet d’adresses qui lui permette en un claquement de doigts de réaliser une levée de fonds de plusieurs millions d’euros pour s’assurer (en toute dépendance) un avenir, en se détournant de toute notion d’équilibre et de rentabilité financière.
  4. NewZilla.NET n’achète pas de faux « likes » ou de faux « fans » sur Facebook, de faux « followers » sur Twitter, ou de faux « abonnés » sur Instagram pour « booster » artificiellement sa popularité sur les réseaux sociaux.
  5. NewZilla.NET n’utilise pas de « bots » sur Twitter, ces faux comptes qui relaient automatiquement un article dès sa publication.
  6. NewZilla.NET ne passe pas de partenariats commerciaux avec des marques de smartphones ou de boissons gazeuses, tout en faisant croire à ses lecteurs qu’il s’agit de contenus éditoriaux produits par sa rédaction.
  7. NewZilla.NET ne fait pas non plus travailler ses rédacteurs bénévolement et/ou pour la gloire de pouvoir signer un papier.
  8. NewZilla.NET ne base pas la publication de ses articles et le choix des sujets traités sur un algorithme qui s’emploie studieusement à prédire ce qui fera de l’audience et ce qui n’en fera pas.
  9. NewZilla.NET n’exploite pas un bataillon de stagiaires chargé(e)s de rédiger entre 5 à 10 articles par jour pour une « gratification » de quelques centaines d’euros par mois.
  10. NewZilla.NET a fait le choix de ne pas délocaliser sa production éditoriale à l’autre bout du monde, certes à moindres coûts, mais sans aucune garantie de qualité.

Voilà, la liste est un peu longue, mais ce sont des éléments qui, nous le croyons, méritaient d’être précisés en toute transparence.

Pour toutes ces raisons, pour continuer à produire une information de qualité et parce que nous tenons à conserver cette intégrité et cette liberté de ton éditoriale qui font que vous prenez aujourd’hui, nous l’espérons, plaisir à nous lire, NewZilla.NET a besoin de vous et de votre soutien.

Alors « MERCI » ! Merci à vous pour votre fidélité, et merci à vous pour votre soutien à NewZilla.NET.

A lire aussi

antipub

Eyeo, l’éditeur du bloqueur de publicités Adblock Plus se transforme en… régie publicitaire!

Après avoir exercé un chantage financier sur les grands groupes de l'économie Internet (Microsoft, Amazon, Google...) obligés de payer pour que leurs publicités ne soient plus bloquées, Eyeo, l'éditeur allemand d'Adblock Plus, l'un des principaux bloqueurs de publicités en ligne utilisés par les internautes... fait sa mue et se transforme aujourd'hui en régie publicitaire

presse-adblock-adblocker

Adblock, une faillite (de la presse) française

Depuis une petite semaine, à l'appel du Geste (Groupement des éditeurs de contenus et services en ligne) dont ils sont membres, les "grands" titres de la presse française (Le Figaro, L'Express, Libération, L'Obs, Telerama...), ont lancé une action commune contre les "adblockers".

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.