En continu
Accueil / NewZilla.NET / Ripple, l’application de rencontres pros créée par des anciens de Tinder

Ripple, l’application de rencontres pros créée par des anciens de Tinder

A l’occasion du CES 2018, qui se déroule actuellement à Las Vegas (Etats-Unis), quelques anciens employés de l’application de dating Tinder ont annoncé le lancement de Ripple, un réseau social dédié aux rencontres (professionnelles cette fois-ci) et qui n’a d’autre ambition que de concurrencer LinkedIn, le réseau social professionnel, désormais propriété de Microsoft.

 

Ripple (à ne pas confondre avec la nouvelle crypto-monnaie qui fait aujourd’hui de l’ombre au Bitcoin et à l’Ethereum), Ripple donc, c’est le nom d’une toute nouvelle application de rencontres (à vocation professionnelles), disponible sur iOS et Android, qui vient d’être dévoilée à Las Vegas (Nevada) à l’occasion du CES 2018 par quelques anciens collaborateurs de l’application de dating Tinder.

Le principe? Un copier-coller de Tinder à ceci près que l’utilisateur peut également participer à des groupes privés ou publics pour échanger sur des thèmes en lien avec sa profession.

L’idée? Comme sur Tinder, exploiter les données des utilisateurs et de leur activité pour leur proposer des suggestions de contact adaptées.

Ripple

Exemple? Si vous croisez quelqu’un à l’occasion d’un évènement à caractère professionnel vous pouvez prendre en photo cette personne et si celle-ci est déjà sur Ripple, le logiciel devrait être en mesure de la retrouver. Un procédé qui pose tout de même la question de la constitution empirique d’une base de données utilisateurs…

De même, comme sur Tinder, les utilisateurs du service pourront entrer aisément en contact grâce à la géolocalisation s’ils se trouvent être géographiquement proches l’un de l’autre.

Dans son concept, Ripple, spin-off de Tinder et dont l’idée serait née lors d’un hackathon organisé au sein de Tinder, rappelle d’autres services comme Shapr, une start-up française qui s’est elle aussi positionnée sur le créneau de la rencontre professionnelle sur mobile, ou Bumble Bizz (une déclinaison de l’application de rencontres d’origine américaine Bumble, application fondée par une ex-collaboratrice de… Tinder).

 

NewZilla.NET a besoin de vous





 

Depuis 2010, NewZilla.NET est fidèle à sa promesse originelle et à un concept aussi simple que nécessaire: faire respirer l’information, en particulier cette actualité liée aux « nouvelles technologies » dont la production ne cesse de s’abîmer dans une course effrénée et irréfléchie à la mise en ligne.

Depuis 2010, NewZilla.NET est fidèle à sa promesse éditoriale: publier (sans souci d’exhaustivité) ce qui nous apparaît comme étant pertinent, vous fournir – avec les modestes moyens qui sont les nôtres – une information fiable, une information sourcée, une information qui tourne le dos aux supputations, à la rumeur et aux effets d’annonce.

Et depuis 2010, vous êtes au rendez-vous.

Comme vous le savez peut-être, NewZilla.NET est un site d’information indépendant. NewZilla.NET n’est pas une agence de communication déguisée en site d’information, NewZilla.NET n’appartient ni à un grand groupe média, ni à un opérateur télécom.

  1. NewZilla.NET, et c’est une question de principe, ne reçoit aucune aide publique.
  2. NewZilla.NET n’est pas financé par le « Fonds Google pour l’innovation numérique de la presse ».
  3. NewZilla.NET ne dispose pas d’un carnet d’adresses qui lui permette en un claquement de doigts de réaliser une levée de fonds de plusieurs millions d’euros pour s’assurer (en toute dépendance) un avenir, en se détournant de toute notion d’équilibre et de rentabilité financière.
  4. NewZilla.NET n’achète pas de faux « likes » ou de faux « fans » sur Facebook, de faux « followers » sur Twitter, ou de faux « abonnés » sur Instagram pour « booster » artificiellement sa popularité sur les réseaux sociaux.
  5. NewZilla.NET n’utilise pas de « bots » sur Twitter, ces faux comptes qui relaient automatiquement un article dès sa publication.
  6. NewZilla.NET ne passe pas de partenariats commerciaux avec des marques de smartphones ou de boissons gazeuses, tout en faisant croire à ses lecteurs qu’il s’agit de contenus éditoriaux produits par sa rédaction.
  7. NewZilla.NET ne fait pas non plus travailler ses rédacteurs bénévolement et/ou pour la gloire de pouvoir signer un papier.
  8. NewZilla.NET ne base pas la publication de ses articles et le choix des sujets traités sur un algorithme qui s’emploie studieusement à prédire ce qui fera de l’audience et ce qui n’en fera pas.
  9. NewZilla.NET n’exploite pas un bataillon de stagiaires chargé(e)s de rédiger entre 5 à 10 articles par jour pour une « gratification » de quelques centaines d’euros par mois.
  10. NewZilla.NET a fait le choix de ne pas délocaliser sa production éditoriale à l’autre bout du monde, certes à moindres coûts, mais sans aucune garantie de qualité.

Voilà, la liste est un peu longue, mais ce sont des éléments qui, nous le croyons, méritaient d’être précisés en toute transparence.

Pour toutes ces raisons, pour continuer à produire une information de qualité et parce que nous tenons à conserver cette intégrité et cette liberté de ton éditoriale qui font que vous prenez aujourd’hui, nous l’espérons, plaisir à nous lire, NewZilla.NET a besoin de vous et de votre soutien.

Alors « MERCI » ! Merci à vous pour votre fidélité, et merci à vous pour votre soutien à NewZilla.NET.

A lire aussi

bitcoin-crypto-currency-crypto-monnaies

Crypto-monnaies, après le krach

En ce début de semaine, les cours (on ne peut plus virtuels) de la quasi-totalité des crypto-monnaies plongent de concert, alimentant la théorie que ces pseudo-devises ne sont en fait qu’une vaste escroquerie, une nouvelle pyramide de Ponzi à l’échelle planétaire.

NewZilla.NET Week-end #9 / 9 décembre 2017

Echos du Net, levées de fonds, petites phrases, tout ce qu'il ne fallait pas manquer (ou presque) cette semaine sur NewZilla.NET. Aujourd'hui au menu : SFR, Edge, Microsoft, Doctolib.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.