En continu
Accueil / Bitcoin / « Cela va mal finir! », la prédiction de Warren Buffett à propos du bitcoin et des crypto-monnaies

« Cela va mal finir! », la prédiction de Warren Buffett à propos du bitcoin et des crypto-monnaies

Dans un entretien accordé à CNBC, l’oracle d’Omaha, jure que “jamais il n’achètera un seul bitcoin”. Pendant ce temps-là, Nabilla dispense ses “conseils” d’investissement en matière de bitcoin sur YouTube, et se fait re-cadrer sur Twitter par l’AMF (l’Autorité des Marchés Financiers).

 

Sourire forcé, pas forcément contente d’être là, mais déroulant un argumentaire que l’on devine bien rémunéré, Nabilla s’adresse à sa communauté de fans sur YouTube.

Le message du jour? Des “conseils” en investissement sur le bitcoin et la promotion d’une obscure société spécialisée dans ce domaine et “dont elle connait très bien l’un des dirigeants”.

Il n’a pas fallu bien longtemps pour que la très sérieuse AMF (l’Autorité des Marchés Financiers), sorte de sa réserve et se permette un recadrage expéditif sur Twitter des propos de la starlette de télé-réalité.

Pendant ce temps-là, à l’autre bout du monde, un investissement autrement plus avisé donnait lui aussi son avis sur le bitcoin et l’engouement actuel autour des crypto-monnaie.

bitcoin

Dans un entretien accordé à la chaîne de télévision CNBC, l’oracle d’Omaha, et aujourd’hui milliardaire grâce à sa vista en matière de placements boursiers, affirme “qu’il n’achètera jamais un seul bitcoin” et que tout cela “va mal finir”.

"Une escroquerie qui va mal finir"

Les commentaires de Warren Buffett viennent ainsi conforter ceux du prix Nobel d’économie, Jean Tirole qui estimait il y a peu que le bitcoin était “une pure bulle” (spéculative).

De son côté, Jamie Dimon, le patron de JP Morgan, l’une des premières banques américaines, après avoir estimé (lui aussi) que le bitcoin était une escroquerie qui allait mal finir, et “qu’il n’hésiterait pas à licencier sur le champs les traders qui viendraient à passer des ordres sur le bitcoin est finalement revenu sur ses propos, sous la pressions des moqueries et des railleries, pas forcément bien avisées pour autant, subies sur les réseaux sociaux.

NewZilla.NET a besoin de vous





 

Depuis 2010, NewZilla.NET est fidèle à sa promesse originelle et à un concept aussi simple que nécessaire: faire respirer l’information, en particulier cette actualité liée aux « nouvelles technologies » dont la production ne cesse de s’abîmer dans une course effrénée et irréfléchie à la mise en ligne.

Depuis 2010, NewZilla.NET est fidèle à sa promesse éditoriale: publier (sans souci d’exhaustivité) ce qui nous apparaît comme étant pertinent, vous fournir – avec les modestes moyens qui sont les nôtres – une information fiable, une information sourcée, une information qui tourne le dos aux supputations, à la rumeur et aux effets d’annonce.

Et depuis 2010, vous êtes au rendez-vous.

Comme vous le savez peut-être, NewZilla.NET est un site d’information indépendant. NewZilla.NET n’est pas une agence de communication déguisée en site d’information, NewZilla.NET n’appartient ni à un grand groupe média, ni à un opérateur télécom.

  1. NewZilla.NET, et c’est une question de principe, ne reçoit aucune aide publique.
  2. NewZilla.NET n’est pas financé par le « Fonds Google pour l’innovation numérique de la presse ».
  3. NewZilla.NET ne dispose pas d’un carnet d’adresses qui lui permette en un claquement de doigts de réaliser une levée de fonds de plusieurs millions d’euros pour s’assurer (en toute dépendance) un avenir, en se détournant de toute notion d’équilibre et de rentabilité financière.
  4. NewZilla.NET n’achète pas de faux « likes » ou de faux « fans » sur Facebook, de faux « followers » sur Twitter, ou de faux « abonnés » sur Instagram pour « booster » artificiellement sa popularité sur les réseaux sociaux.
  5. NewZilla.NET n’utilise pas de « bots » sur Twitter, ces faux comptes qui relaient automatiquement un article dès sa publication.
  6. NewZilla.NET ne passe pas de partenariats commerciaux avec des marques de smartphones ou de boissons gazeuses, tout en faisant croire à ses lecteurs qu’il s’agit de contenus éditoriaux produits par sa rédaction.
  7. NewZilla.NET ne fait pas non plus travailler ses rédacteurs bénévolement et/ou pour la gloire de pouvoir signer un papier.
  8. NewZilla.NET ne base pas la publication de ses articles et le choix des sujets traités sur un algorithme qui s’emploie studieusement à prédire ce qui fera de l’audience et ce qui n’en fera pas.
  9. NewZilla.NET n’exploite pas un bataillon de stagiaires chargé(e)s de rédiger entre 5 à 10 articles par jour pour une « gratification » de quelques centaines d’euros par mois.
  10. NewZilla.NET a fait le choix de ne pas délocaliser sa production éditoriale à l’autre bout du monde, certes à moindres coûts, mais sans aucune garantie de qualité.

Voilà, la liste est un peu longue, mais ce sont des éléments qui, nous le croyons, méritaient d’être précisés en toute transparence.

Pour toutes ces raisons, pour continuer à produire une information de qualité et parce que nous tenons à conserver cette intégrité et cette liberté de ton éditoriale qui font que vous prenez aujourd’hui, nous l’espérons, plaisir à nous lire, NewZilla.NET a besoin de vous et de votre soutien.

Alors « MERCI » ! Merci à vous pour votre fidélité, et merci à vous pour votre soutien à NewZilla.NET.

A lire aussi

bitcoin-crypto-currency-crypto-monnaies

Crypto-monnaies, après le krach

En ce début de semaine, les cours (on ne peut plus virtuels) de la quasi-totalité des crypto-monnaies plongent de concert, alimentant la théorie que ces pseudo-devises ne sont en fait qu’une vaste escroquerie, une nouvelle pyramide de Ponzi à l’échelle planétaire.

Dogecoin

Dogecoin, une fausse crypto-monnaie qui vaut 2 milliards de dollars

Si jamais il fallait encore une preuve que les monnaies virtuelles ne reposent que sur du vent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.